1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Raphaël Pitti : « Syrie : Idleb ne doit pas être le cimetière de nos valeurs »
Le Point22/08/2019 à 20:35

Alors que le régime syrien vient de prendre le contrôle de la ville de Khan Cheikhoun, dans la province d'Idleb (nord-ouest de la Syrie) qui lui échappe encore, la situation des civils est catastrophique affirme Raphaël Pitti, médecin humanitaire qui a effectué une vingtaine de missions en Syrie avec l'UOSSM, Union des organisations de secours et soins médicaux, une ONG internationale.Le Point : Damas a lancé une vaste offensive pour reconquérir la poche d'Idleb tenue par les djihadistes et les rebelles soutenus par la Turquie. Quelle est la situation sur place ?Raphaël Pitti : C'est un drame. Damas et Moscou ont choisi de terroriser la population en bombardant tous les endroits où les civils se sont réfugiés. Ils ne visent pas les groupes armés, mais des lieux de vie. Les centres médicaux que nous soutenons et dont certains sont financés par des aides gouvernementales françaises sont régulièrement et particulièrement pris pour cible. L'idée de Damas, avec l'aide de Moscou, c'est de maintenir les trois millions de personnes, dont deux millions de déplacés, en état de choc permanent par des bombardements aléatoires et quotidiens. La province d'Idleb ressemble aujourd'hui à un cul-de-sac puisque la frontière avec la Turquie est totalement hermétique pour les civils. Il y a un million d'enfants et la cinquantaine de structures de soins sont totalement sous-équipées pour traiter les pathologies les plus ordinaires.L'aide humanitaire...

Lire la suite sur LePoint.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • sense78
    22 août21:25

    Idleb ne constitue en rien un lieu où il faut invoquer « nos valeurs » alors qu'il s'agit d'un nid de frelons réunissant des individus barbares et sans aucune humanité.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer