1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

« On en a marre » : à Paris, la CGT-Santé crie sa colère
Le Point11/09/2019 à 19:41

Malgré les annonces de la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, la grève des urgences se poursuit. Plusieurs centaines de personnels ont défilé ce mercredi 11 septembre à Paris à l'appel de la CGT. Parti de la place d'Italie en début d'après-midi, le cortège a rejoint le ministère des Solidarités et de la Santé où une délégation espérait être reçue par Agnès Buzyn.Urgences, hôpitaux, Samu, pompiers... Plusieurs secteurs étaient représentés, venus de toute la France. « Les annonces de Mme Buzyn sont irréalistes », tacle Linda, infirmière aux urgences de Toulon (Var), dont le personnel est en grève depuis fin juin. Elle pointe du doigt une des propositions de la ministre qui souhaiterait que les professions paramédicales puissent réaliser des tâches supplémentaires pour soulager les médecins, contre une « prime de coopération » de 80 euros. « On ne demande pas à faire le travail des médecins, mais d'avoir les moyens de faire le notre correctement. »Des conditions de travail qui se dégradentCes dernières années, elle assure que la situation aux urgences s'est dégradée. « On manque de personnel soignant et de médecins, on priorise les soins d'urgence vitale sur les urgences relatives, le temps d'attente augmente... Résultat, ça dégoûte les jeunes qui ont voulu faire ce métier, et on a un gros turnover. » Avec ses collègues, elles aimeraient que le gouvernement leur accorde les « 300 euros d'augmentation...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer