Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Migrants: Un deuxième centre créé à Paris face à l'inquiétude des ONG
Reuters10/04/2019 à 13:44

MIGRANTS: UN DEUXIÈME CENTRE CRÉÉ À PARIS FACE À L'INQUIÉTUDE DES ONG

MIGRANTS: UN DEUXIÈME CENTRE CRÉÉ À PARIS FACE À L'INQUIÉTUDE DES ONG

PARIS (Reuters) - Un nouveau centre va voir le jour à Paris pour héberger une centaine de demandeurs d'asile, ont annoncé les autorités, sur fond d'inquiétude des associations sur le dénuement des quelque 1.300 migrants des campements du Nord-Est parisien.

L'annonce de la préfecture intervient dans le sillage de la grève mardi de plusieurs associations d'aide aux migrants, qui disent ne plus accepter "de suppléer un gouvernement et un Etat défaillants dont l'action confine à une mise en danger délibérée des personnes".

"Aujourd'hui, l'Etat souhaite augmenter les places en centre d'accueil et d'examen de la situation (CAES) en ouvrant un deuxième centre à Paris", a annoncé Michel Cadot, préfet de la région d'Île-de-France et préfet de Paris dans un communiqué, après avoir reçu mardi la Fédération des acteurs de la solidarité (FAS), Aurore, France Horizon, France Terre d'Asile, Emmaüs Solidarité et le Samu social de Paris.

"Je sais la maire de Paris sensible à ces questions et je ne doute pas qu'elle puisse nous proposer un lieu permettant d'accueillir les demandeurs d'asile", ajoute-t-il.

"Apres plusieurs semaines, l'Etat répond enfin aux alertes d'Anne Hidalgo et de son équipe", a souligné sur Twitter Emmanuel Grégoire, Premier adjoint d'Anne Hidalgo, qui devait recevoir mercredi des associations et riverains.

"Cette annonce apparaît toutefois très insuffisante par rapport aux besoins : la (préfecture) fait état de 100 places supplémentaires alors que les campements comptent actuellement environ 1.300 migrants", estime la mairie dans un communiqué.

Il s'agira du deuxième centre d'accueil et d'examen de la situation à Paris intra muros (un premier a été ouvert l'an dernier boulevard Ney, dans le 18e arrondissement). Quatre autres centres sont répartis en Île-de-France, pour un total de 750 places.

Au niveau national, le ministre de la Ville et du Logement Julien Denormandie a annoncé le 1er avril la pérennisation de 6.000 des 14.000 places d'hébergement d'urgence ouvertes cet hiver aux sans-abri pour un coût de 50 millions d'euros, portant à 145.000 le nombre de places hors hiver. Cinq mille places avaient été rendues pérennes l'an dernier à la fin de la trêve hivernale.

(Julie Carriat, édité par)

6 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • rodde12
    10 avril17:42

    Surtout ne posez pas la question aux français de savoir s'ils veulent payer pour les héberger.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer