Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les jeunes agriculteurs français entre espoir et scepticisme
Reuters22/02/2018 à 16:27

LES JEUNES AGRICULTEURS FRANÇAIS ENTRE ESPOIR ET SCEPTICISME

LES JEUNES AGRICULTEURS FRANÇAIS ENTRE ESPOIR ET SCEPTICISME

PARIS (Reuters) - "On a eu les paroles, on attend maintenant les actes" : les jeunes agriculteurs reçus jeudi à l'Elysée par Emmanuel Macron à deux jours du Salon de l'agriculture oscillaient entre espoir et scepticisme après le discours offensif du chef de l'Etat qui leur a promis la fin d'un statu quo "mortifère".

"Il a répondu à nos attentes au niveau du discours mais il manque les chiffres", estime Paul, éleveur laitier de 26 ans dans la Loire, installé il y a un an. "On est payé actuellement 330 euros les 1.000 litres mais pour vivre correctement il nous faudrait 380-400 euros les 1.000 litres".

"Ce ne sont pas les consommateurs qui doivent payer plus cher, il y a une marge à répartir, s'il arrive à les faire payer (les distributeurs), on sera très content et on pourra le féliciter mais pour l'instant on attend de vrais actes", ajoute-t-il.

Installée depuis moins de deux ans dans les Deux-Sèvres, Claire ne cache elle pas son amertume. Cette éleveuse de moutons de 30 ans est touchée de plein fouet par la refonte de la carte des "zones défavorisées", qui détermine le versement de l'indemnité compensatoire de handicaps naturels (ICHN) hors montagne.

"On nous a fait compter ces aides dans un prévisionnel alors que depuis 2003 tout le monde savait qu'elles étaient censées disparaître à terme", note-t-elle. "Il aurait été bien de nous dire de ne pas les prendre en compte, cela nous aurait évité de partir dès le départ sur de mauvaises bases".

"L'ICHN représente entre 5.000 et 6.000 euros. Aujourd'hui, je ne me paye pas, je suis mère de trois enfants, si dans deux ans je n'ai plus cette aide, je devrai arrêter mon exploitation", ajoute-t-elle. Quant aux mesures d'accompagnement, "des promesses c'est bien, la mise en place c'est mieux".

Même prudence chez Anaïs, éleveuse de vaches de 25 ans en Haute-Garonne, qui s'inquiète pour sa part du traité de libre échange actuellement négocié entre l'Union européenne et le Mercosur, le marché commun d'Amérique latine.

Tous les chefs d'Etat ont "plus ou moins promis des lignes rouges mais on n'a jamais vraiment vu le résultat", estime-t-elle. "J'espère qu'il tiendra bon et qu'il réussira à faire respecter les intérêts des agriculteurs français, je croise les doigts".

Selon le ministère de l'Agriculture, le revenu moyen d'un agriculteur a chuté de 29 % pour s'établir à 18.300 euros par an en 2016 en France. Il pourrait rebondir en 2017 selon l'Insee qui table sur une progression de 22,2 %.

(Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)

41 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • glaty
    23 février13:31

    L'ASTUCE de tous les gouvernement est de FAIRE EN SORTE QUE LES AGRICULTEURS ET LES FUTURS AGRICULTEURS...*** S'ENDETENT ***..ET A CE MOMENT LA..IL NE LEURS RESTENT QUE LES YEUX POUR PLEURER ET MANIFESTER.** ÇA A TOUJOURS ETE COMME ÇA..et chaque génération fait la même erreur..Ils n'évoluent donc pas ces paysans la ,,!!!

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer