1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les exports de céréales plombés par les perturbations du rail

Reuters03/04/2018 à 13:10

LES EXPORTS DE CÉRÉALES PLOMBÉS PAR LES PERTURBATIONS DU RAIL

PARIS (Reuters) - Déjà en difficulté face à la concurrence russe et ukrainienne, les exportations françaises de céréales sont aussi handicapées par des problèmes logistiques, dont la longue grève perlée du trafic ferroviaire qui commence ce mardi 3 avril.

Plus de la moitié des contrats signés impliquant une logistique ferroviaire pourraient ne pas être honorés en raison de ce mouvement social annoncé pour trois mois par les syndicats de la SNCF.

S'ajoutent des problèmes logistiques fluviaux en raison des fortes pluies survenues depuis le début de l'année et de travaux sur différents canaux.

Les camions, qui représentent la majorité du transport de céréales, sont quant à eux saturés et ne peuvent compenser les problèmes rencontrés par le fret fluvial et ferroviaire.

Depuis plusieurs années, les entreprises de transport routier sont attirées par des activités plus rentables que l'agriculture, comme le transport de gaz.

"Ce n'est pas élastique la logistique, on ne remplace pas en un claquement de doigt un camion par un train", explique un courtier interrogé par Reuters. "Des opérateurs peuvent avoir un surcoût logistique de 2 à 4 euros la tonne, c'est colossal."

UNE CAMPAGNE DÉJÀ MAL ENGAGÉE

Pour atteindre ses objectifs d'exportation de céréales, la France devait accélérer la cadence lors des trois derniers mois de cette campagne 2017/2018, mais la tâche paraît de plus en plus ardue.

Après une année 2016/2017 noire pour les exportations françaises de céréales en raison d'événements climatiques, l'année 2017/2018 devait être l'année de la reconquête des parts de marché perdues.

Las ! Les exports français font grise mine et sont en retard par rapport à leurs objectifs.

De 10,2 millions de tonnes au début de la campagne, les exports vers les pays tiers ont été abaissés à 8,5 millions de tonnes par l'organisme public FranceAgriMer.

La faute à des exportations de céréales record de Russie et d'Ukraine, qui concurrencent les céréales françaises même sur les marchés historiques du Maghreb et d'Afrique subsaharienne.

"Nos clients se sont tournés vers d'autres origines puisqu'on ne peut plus alimenter les ports. A cause de la logistique, on va perdre des parts de marché cette année", estime le même courtier.

Résultat, malgré trois mois de campagne restants, les différents acteurs pensent déjà à l'année prochaine.

"Je crains qu'on tire peu à peu le rideau sur l'origine France sur cette campagne. Le stock de report s'organise contraint et forcé."

Signe de cette faiblesse logistique, les reports de stocks sont attendus à la hausse et principalement dans les régions agricoles éloignées des ports français, comme le Loiret ou la Bourgogne.

(Clement Rouget, édité par Dominique Rodriguez)

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • busterk
    03 avril13:15

    Trop fort, la grève à peine commencée, c'est de sa faute si les exportations ne marchent pas. Je vous remets un coup de propagande ?

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.