Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

L'épouse de Carlos Ghosn recherchée par la justice japonaise
information fournie par Reuters07/01/2020 à 16:19

L'ÉPOUSE DE CARLOS GHOSN RECHERCHÉE PAR LA JUSTICE JAPONAISE

L'ÉPOUSE DE CARLOS GHOSN RECHERCHÉE PAR LA JUSTICE JAPONAISE

TOKYO/BEYROUTH (Reuters) - La justice japonaise a émis mardi un mandat d'arrêt à l'encontre de l'épouse de Carlos Ghosn, alors que Tokyo multiplie les initiatives pour obtenir le transfert de l'ancien patron de l'alliance Renault-Nissan qui a fui au Liban.

Carole Ghosn est soupçonnée de fausse déclaration pour avoir prétendu ne pas connaître ou n'avoir jamais eu de contacts avec des personnes liées à une entreprise qui a reçu des paiements de Nissan Motor, dont une partie a ensuite été reversée à une société appartenant à son mari.

À Beyrouth, le ministre de la Justice a confirmé qu'Interpol avait transmis une "notice rouge" à la justice libanaise concernant Carlos Ghosn et qu'elle prendrait les mesures nécessaires. Aucun mandat d'arrêt visant son épouse, qui se trouve également à Beyrouth, n'a en revanche été reçu, précise-t-il.

Une "notice rouge" consiste à demander aux pays concernés de localiser et de procéder à l'arrestation provisoire d'une personne dans l'attente de son extradition, de sa remise ou de toute autre procédure judiciaire, mais Le Liban n'extrade pas ses ressortissants.

"Ghosn est un citoyen libanais et a le droit d'être traité comme tel (...) et son arrivée sur le territoire libanais est légale", souligne le ministère de la Justice, dans un communiqué.

L'ambassadeur du Japon au Liban a par ailleurs invité le président Michel Aoun à coopérer davantage avec la justice japonaise pour maintenir de bonnes relations avec Tokyo, ont fait savoir les services du chef de l'Etat.

Takeshi Okubo a exprimé "la grande inquiétude" des autorités japonaises au sujet de cette affaire et a dit déployer de gros efforts pour préserver les relations bilatérales, ajoute la présidence.

Carlos Ghosn donnera mercredi une conférence de presse très attendue, la première depuis son arrestation au Japon en novembre 2018, durant laquelle il pourrait lever un coin de voile sur les circonstances de sa fuite vers le Liban et sur le "complot" à l'origine, selon lui, de sa disgrâce soudaine.

"La dernière fois que Carlos Ghosn a annoncé une conférence de presse, il a été ré-arrêté. Cette fois, à la veille du lors duquel il parlera librement pour la première fois, ils lancent un mandat d'arrêt contre sa femme, Carole Ghosn", a déclaré sa porte-parole, à Beyrouth.

Carole Ghosn s'est rendue de son plein gré il y a neuf mois pour s'expliquer devant le ministère public et elle a été remise en liberté sans qu'aucune charge ne soit retenue contre elle, a-t-elle rappelé, jugeant le mandat d'arrêt "pitoyable".

(Makiko Yamazaki à Tokyo et Samia Nakhoul à Beyrouth, version française Nicolas Delame et Jean-Philippe Lefief)

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • f.cheva8
    07 janvier18:41

    en tant que citoyen français, je ne fait pas confiance au gouvernement de mon pays pour défendre ses citoyens; et je doute fortement de ses capacités à bien défendre les intérêts économiques, qui sont les nôtres, à l'étranger; mais je n'espère qu'une chose : qu'il progresse sur ces sujets, j'attends pour voir...puis pour voter.