Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Corruption, état de droit : la Roumanie épinglée par un rapport européen
Le Point12/07/2019 à 07:43

L'offensive des autorités roumaines contre la justice se poursuit, malgré les critiques exprimées par les institutions européennes. Mardi 9 juillet, le Groupe d'États contre la corruption (Greco) du Conseil de l'Europe a rendu public un rapport qui met le doigt là où ça fait mal. « La Roumanie a fait peu de progrès pour mettre en place des mesures contre la corruption et n'a pas répondu aux questions liées à une réforme judiciaire controversée. La Roumanie n'a respecté que trois des treize recommandations que le Greco lui avait proposées. »Malgré son engagement de ne plus prendre des décrets d'urgence, le gouvernement a continué à utiliser cette procédure exceptionnelle pour imposer sa volonté hors du débat parlementaire. Pour lutter contre les conflits d'intérêts des députés, un code de conduite a bien été adopté, mais la réforme de la justice a accru leur immunité, ce qui a rendu ce code à peu près inopérant. Et les amendements au Code pénal proposés par l'actuelle majorité sociale-démocrate visent aussi à limiter le pouvoir des procureurs en ce qui concerne les actes de corruption.Plus grave encore, les autorités roumaines ont créé une nouvelle section au sein du Parquet national qui a pour but de mener des enquêtes sur les magistrats. Selon l'opposition, l'Inspection judiciaire veut intimider les magistrats qui agissent contre la corruption. « Cette institution a un agenda politique qui est contraire aux valeurs...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer