1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Appel à candidatures pour une étude sur la dangerosité du glyphosate
Reuters19/07/2019 à 18:15

APPEL À CANDIDATURES POUR UNE ÉTUDE SUR LA DANGEROSITÉ DU GLYPHOSATE

PARIS (Reuters) - L'Agence nationale de sécurité sanitaire, de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) lance un appel à candidatures pour la réalisation d'une étude sur "le potentiel caractère cancérogène" du glyphosate, annoncent vendredi les ministères concernés.

Considéré comme "probablement carcinogène pour l'homme" par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), émanation de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), l'herbicide vedette de Monsanto - filiale du groupe allemand Bayer - n'est en revanche pas classé comme tel par les agences sanitaires européenne (Efsa) et française (Anses).

L'Anses a remis début juillet aux ministères de la Santé, de la Transition écologique et de l'Agriculture un avis relatif à un cahier des charges d'une étude sur le potentiel caractère cancérogène du glyphosate, précisent les trois ministères et celui de la Recherche dans un communiqué.

L'agence "lance un appel à candidature à l'attention des équipes de recherche publique, nationales et internationales pour réaliser cette étude", ajoute le communiqué.

"Les résultats seront disponibles sous 18 mois et viendront compléter le dossier de réexamen de l'autorisation de la substance par les Etats membres de l'Union Européenne en 2022."

Le coût de l'étude - 1,2 million d'euros - sera assuré par des crédits du plan Ecophyto.

Ce plan gouvernemental vise à réduire les usages de produits phytopharmaceutiques de 50% d'ici à 2025 et de sortir du glyphosate d'ici fin 2020 pour les principaux usages et au plus tard d'ici 2022 pour l'ensemble des usages.

Fin 2017, les Etats membres de l'Union européenne ont renouvelé pour cinq ans la licence du glyphosate.

(Sophie Louet, édité par Simon Carraud)

12 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • loto77
    19 juillet21:55

    @ M35 : pas besoin d'en avaler , il est déjà partout , et on le trouve partout . Comme les milliers d'autres produits dits chimiques que vous utilisez en permanence : détergents , cosmétiques , médicaments , carburants ... Le glyphosate est juste l'arbre qui cache cette forêt . Le supprimer ne changera rien à la nature de notre mode de vie actuel. Le débat est bien plus large .

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer