1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Alstom : Henri Poupart-Lafarge, à la recherche du destin perdu
Le Point07/02/2019 à 15:40

Henri Poupart-Lafarge s'y était préparé depuis quelques jours. Il avait compris que la Commission européenne allait mettre son veto au mariage d'Alstom et de Siemens, mais quand même? La journée du mercredi 6 février fut pénible. Le PDG de 49 ans a appris dans la matinée que le projet sur lequel il travaille depuis près de seize mois est à jeter à la poubelle. Margrethe Vestager, la commissaire à la concurrence, a sorti un carton rouge ; Alstom et Siemens repartent chacun de leur côté. Poupart-Lafarge a réuni ses troupes au siège du groupe à Saint-Ouen pour leur annoncer la nouvelle et clamer haut et fort - comme il le fait en boucle à la radio ou dans la presse depuis 24 heures -, qu'Alstom n'est pas en danger, bien au contraire. Que le constructeur ferroviaire est même en pleine forme (avec un carnet de commandes record de 40 milliards d'euros, du travail dans les usines pour les cinq prochaines années et un chiffre d'affaires de 8 milliards d'euros en 2018). Poupart-Lafarge a beau positiver et afficher son plus beau sourire commercial, il va bien être obligé d'inventer un nouveau destin pour Alstom, spécialiste du transport ferroviaire. Henri Poupart-Lafarge, ingénieur pur jus, aura vraiment connu, chez Alstom, toutes les turbulences possibles et imaginables qui peuvent toucher une entreprise. Il lui manquait la fusion avortée, c'est désormais chose faite.

Ingénieur, ce grand homme direct et pas guindé est diplômé...

Lire la suite sur Le Point.fr

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • kozlow67
    07 février19:31

    dbourge4, ce serait bien, sauf qu'à part Siemens, il reste qui??? les italiens, bof... les canadiens bien plus petits... donc inutiles. Demain, il sera trop tard pour Alstom.... il restera un chinois, 1 indien peut-être, et... Siemens ( ils n'ont pas les 35 heures, la CGT, et les RTT,...)...

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer