1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Algérie : le général Ahmed Gaïd Salah tape du poing sur la table
Le Point01/08/2019 à 11:28

Le dialogue en Algérie a du plomb dans l'aile. Mardi, l'armée algérienne, par la voix de son chef d'état-major, a rejeté les conditions posées par la nouvelle « Instance nationale de dialogue » pour lancer les consultations sur les modalités de la présidentielle devant sortir le pays de la crise. « Il n'est plus question de perdre davantage de temps », a estimé le général Ahmed Gaïd Salah, dans un discours retransmis par la télévision. Il a fustigé « la méthode imposant des préalables allant jusqu'aux diktats. De telles méthodes et thèses sont catégoriquement rejetées. »Composée de sept « personnalités », l'Instance nationale de dialogue a été chargée par le président par intérim Abdelkader Bensalah de consultations pour définir les modalités de la future présidentielle devant élire le successeur d'Abdelaziz Bouteflika, qui a démissionné le 2 avril après 20 ans au pouvoir. Décriée par le mouvement de contestation inédit qui agite l'Algérie depuis plus de cinq mois, l'instance a mis en avant les « mesures d'apaisement » qu'elle a exigées avant tout dialogue comme gage de bonne foi. Alors qu'Abdelkader Bensalah avait ? très prudemment ? fait part de « sa disponibilité » à « étudier » ou « envisager » ces mesures, le général Gaïd Salah a dénoncé, lui, des « idées empoisonnées ».« Diktats illégaux »Parmi ces mesures figure la libération des personnes arrêtées en lien avec la...

Lire la suite sur LePoint.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • mlaure13
    31 juillet14:55

    Eh alors...il va faire tirer sur le peuple qui devrait être souverain?...;-(((

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer