Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Le debrief Bourse du 19 mai : lesté par Wall Street, le CAC 40 limite la casse

information fournie par Boursorama19/05/2022 à 18:22

Wall Street a pris une sacrée veste hier, pire séance depuis juin 2020, à cause notamment d'une série de mauvaises annonces des acteurs de la grande distribution faisant craindre sur la consommation et les profits des entreprises outre-Atlantique. Ça forcément, ça s'est ressenti aujourd'hui en Europe. Le CAC 40 termine la séance en repli de 1,26% vers les 6.273 points et 3,7 milliards d'euros échangés. Ca aurait pu être pire, l'indice cédant jusqu'à 2,5% en séance.

Aujourd'hui, c'est d'ailleurs contrasté outre-Atlantique, le Dow Jones broie toujours du noir à 17h45 à -0,9% vers les 31.192 points alors que le Nasdaq amorce un timide rebond +0,27% vers les 11.449 points après avoir lâché 4,7% hier tout de même...

Valeurs en hausse

Valneva a annoncé aujourd'hui que l'Agence européenne du médicament a accepté le dossier de demande d'AMM de son candidat-vaccin contre le covid-19. C'est bien mais attention, ce n'est pas encore l'AMM qui pourrait tomber, selon la société, en juin prochain conformément au calendrier déjà annoncé. Valneva qui a par ailleurs déclaré qu'elle discutait avec la Commission européenne et plusieurs Etats membres afin de préserver son contrat.

Derrière on retrouve Ubisoft.

Sur le CAC 40, Eurofins et Worldline mènent la course en tête devant Société Générale qui a annoncé hier soir la finalisation de la vente de ses activités en Russie. A noter aussi le relèvement d'objectif de cours de JP Morgan de 29 à 33 euros.

Valeurs en baisse

Ca décroche pour Derichebourg, alors qu'on a appris que le groupe allait renforcer sa participation dans Elior montant de 4,9 à 19,6% du capital du groupe de restauration collective qui recule également de 4,88%.

Les craintes sur la consommation venues d'outre-Atlantique pèsent lourdement sur les foncières commerciales Unibail-Rodamco-Westflied et Klépierre.

Et puis Orpea reste aussi sous pression. Le spécialiste de la dépendance dit avoir pris connaissance des informations de presse parues hier sur des opérations financières douteuses au Luxembourg et ne pas identifier pour l'heure d'impact négatif matériel sur sa trésorerie ou ses actifs immobiliers. Mais aujourd'hui c'est au tour de Radio France d'évoquer des pratiques "surprenantes" de la société Kauforg, sous-filiale d'Orpea chargée de négocier depuis la Suisse des prix avantageux auprès de fournisseurs de produits alimentaires.

LG (redaction@boursorama.fr)


Valeurs associées

Euronext Paris +2.76%
Euronext Paris +5.14%
Euronext Paris -11.13%

Vidéos les + vues