Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Assurance-vie: pensez aux retraits et aux avances en cas de besoin d’argent
Dernière mise à jour le : 26/10/2021

Vous pouvez facilement retirer de l’argent de votre assurance-vie pour faire face à un besoin imprévu crédit photo : GettyImages

Vous pouvez facilement retirer de l’argent de votre assurance-vie pour faire face à un besoin imprévu crédit photo : GettyImages

Vous avez besoin rapidement d’une somme d’argent ? Habituellement, l’épargne réglementée (Livret A, LDDS) est plébiscitée dans ce cas de figure. Mais si vous êtes titulaire d’un contrat d’assurance-vie, d’autres possibilités s’offrent à vous : le rachat ou l’avance. Ces deux possibilités ont des conséquences différentes. Et ne conduisent pas à la clôture de votre contrat, contrairement à beaucoup d’idées reçues.

Sommaire:

  • Besoin d’argent? Le réflexe du crédit et de l’épargne réglementée
  • Retrait d’argent sur l’assurance-vie, pour répondre à un besoin d’argent ponctuel
  • Le retrait sur une assurance-vie a des limites et inconvénients
  • L’avance sur une assurance-vie est à privilégier

Besoin d’argent? Le réflexe du crédit et de l’épargne réglementée

Tout ne saurait être planifié de manière exacte en matière de dépenses. Et savoir gérer son budget ne vous met pas forcément à l’abri des imprévus. Par exemple, vous pouvez avoir besoin d’argent de façon ponctuelle pour remplacer une voiture subitement inutilisable, faire réaliser des travaux en urgence dans votre logement, meubler votre nouvel intérieur après un déménagement contraint, faire face à la maladie comme à la perte de votre emploi ou encore venir en aide à un parent ou un ami. Les raisons ne manquent pas.

Confrontées à ce type de situation, beaucoup de personnes se tournent vers les établissements de crédit, profitant des taux d’intérêt attractifs même en matière de prêt personnel. Toutefois, ceux qui le peuvent piochent généralement dans leur épargne, avec une prédilection pour les livrets réglementés que sont le Livret A et le Livret de Développement Durable et Solidaire (LDDS).

La liquidité de ces livrets est appréciable: l’argent mis de côté peut être retiré d’un simple clic sur Internet ou contre une signature au guichet de sa banque. Mais, dès lors que le besoin d’argent dépasse une certaine somme, l’épargne réglementée peut s’avérer insuffisante.

À savoir

Au 30 juin 2021, l’encours moyen d’un Livret A ressortait à 6.241 euros et celui d’un LDDS à 5.265 euros, selon les données publiées par la Banque de France.

Retrait d’argent sur l’assurance-vie, pour répondre à un besoin d’argent ponctuel

Si vous possédez un ou des contrats d’assurance-vie, deux possibilités s’ouvrent à vous en cas de besoin d’argent imprévu et ponctuel:

- Retirer de l’argent du contrat, c’est-à-dire procéder à un rachat partiel.

- Obtenir une avance auprès de la compagnie d’assurances.

Contrairement à une idée reçue, les sommes placées sur un contrat d’assurance-vie ne sont pas bloquées. Et qu’importe qu’elles soient investies dans un fonds en euros ou dans des unités de compte. Durant la phase d’épargne, vous avez la main sur votre contrat. Aucune de ces deux actions (rachat ou avance) ne met donc fin à votre contrat.

Ces opérations peuvent être réalisées rapidement, c’est-à-dire dans un délai compris entre 10 et 20 jours. Ce qui peut ainsi répondre à vos besoins, dans la majorité des cas de figure. Toutefois, ce délai peut être un peu rallongé en cas de demande d’avance, selon les compagnies.

Besoin d’argent: le PEA est devenu plus souple

Depuis l’adoption de la Loi Pacte, la fiscalité du Plan d’Épargne en Actions (PEA) a été allégée et simplifiée. Ainsi, si vous effectuez un retrait partiel, cinq ans au moins après son ouverture, afin de répondre à un besoin rapide d’argent, votre PEA continue de fonctionner. Mieux encore, vous conservez la possibilité d’effectuer de nouveaux versements.

Le retrait sur une assurance-vie a des limites et inconvénients

Un rachat a des conséquences à ne pas négliger. Tout d’abord, si le bénéficiaire désigné du contrat a accepté ce rôle et l’a fait savoir à l’établissement où l’assurance-vie a été souscrite, vous avez besoin de son autorisation pour effectuer un retrait. Et celui-ci peut donc exprimer son refus. Ce cas de figure est toutefois très rare.

Enfin, tout retrait d’une assurance-vie est fiscalisé, au titre du Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU) ou de l’Impôt sur le Revenu et des prélèvements sociaux. En effet, la somme retirée porte obligatoirement sur une part du capital versé et une part des intérêts et plus-values générés par cette somme. Cette dernière fera donc l’objet d’une taxation.

L’avance sur une assurance-vie est à privilégier

L’avance a plus d’avantages que le rachat. En effet, cette solution n’a aucun impact sur le fonctionnement de votre contrat d’assurance-vie. Ce dernier continue de fructifier et de rapporter, pour l’intégralité des sommes versées et investies. L’allocation d’actifs entre fonds en euros et unités de compte est également conservée.

Ceci s’explique par le fait que l’avance sur une assurance-vie est, un prêt à durée déterminée accordé par l’assureur, contre le paiement d’intérêts. Tout comme un prêt, l’avance fait donc l’objet d’une durée (trois ans, période renouvelable deux fois, selon les assureurs), d’un montant (pas plus de 80% des sommes investies, selon les contrats) et d’un taux d’intérêt, fixé chaque année par l’assureur et qui dépend, généralement, du taux moyen des emprunts d’État. L’avance est remboursée en une ou plusieurs fois, selon les modalités définies.

À noter

Il est toujours conseillé de comparer le coût réel de l’avance avec celui d’un crédit classique. Et d’opter pour la solution la plus avantageuse. Attention, toutefois, de bien prendre également en compte et de comparer les modalités de remboursement de ces deux options.

De la même manière qu’avec le rachat, il est nécessaire d’obtenir l’accord du bénéficiaire pour demander une avance si ce dernier a accepté le bénéfice du contrat.

D’un point de vue fiscal, l’avance est exonérée d’impôt et de prélèvements sociaux.

À savoir

Cette absence de taxation est valable quelle que soit l’antériorité fiscale du contrat. Cependant, l’administration fiscale est vigilante sur cette notion d’avance qui pourrait dissimuler une opération de “rachat partiel déguisé”. Par conséquent, il convient de ne pas en abuser.

Annonces immobilières