Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Prix des carburants : les aides gouvernementales sur l'essence seront "améliorées", promet Emmanuel Macron
information fournie par Boursorama avec Media Services08/03/2022 à 08:49

( AFP / LUDOVIC MARIN )

( AFP / LUDOVIC MARIN )

"C'est le président qui vous parle car il faut donner une visibilité pour les jours qui viennent", a détaillé Emmanuel Macron lors de son déplacement à Poissy (Yvelines), pour sa première sortie publique en tant que candidat à la présidentielle.

Face à la flambée des prix des carburants due à la guerre en Ukraine, le président candidat Emmanuel Macron a annoncé lundi 7 mars que les aides gouvernementales sur l'essence seraient "améliorées" autour d'une "approche indemnité kilométrique et indemnité inflation".

"Ce qu'on doit améliorer c'est l'accompagnement sur l'essence", a indiqué Emmanuel Macron à Poissy (Yvelines) pour son premier déplacement en tant que candidat.

"Il y aura une partie essence", dans le plan de "résilience" que le gouvernement est "en train de terminer", a-t-il ajouté. "C'est le président qui vous parle car je ne peux pas attendre, il faut donner une visibilité pour les jours qui viennent".

Cette partie essence "va renforcer, y compris en synchronisant, l'équivalent de l'indemnité kilométrique". "Il y aura un complément qui sera fait sur la partie essence parce que c'est juste et qu'il faut le faire. Ce sera travaillé à la fois autour de l'approche indemnité kilométrique et indemnité inflation", a-t-il ajouté.

22 milliards d'euros en mesures de soutien au pouvoir d'achat

Fin janvier, le gouvernement avait annoncé le relèvement de 10% du barème de l'indemnité kilométrique.

"C'est plus pertinent que les mesures de baisse de la fiscalité pérenne parce que la fiscalité sur le carburant ça sert à financer notre transition énergétique", a-t-il poursuivi.

La candidate d'extrême droite Marine Le Pen, sa rivale la plus sérieuse selon les sondages, est quant à elle en faveur d'une "baisse permanente de la TVA de 20 à 5,5%".

Face à la hausse des prix de l'énergie, le gouvernement a prévu de dépenser de l'ordre de 22 milliards d'euros en mesures de soutien au pouvoir d'achat, a indiqué en matinée le ministre de l’Économie Bruno Le Maire.

Le gel des prix du gaz devrait coûter "sans doute 10 milliards d’euros sur l’intégralité de l’année 2022", contre 1,2 milliard d'euros budgété jusqu'ici, a-t-il expliqué sur RMC/BFM TV . "Ça ne sera pas un 'quoi qu’il en coûte'", a martelé le ministre de l’Économie. "On ne répond pas à un tournant géopolitique majeur uniquement en versant un chèque ici ou là".

"Nous apporterons une réponse à tous les Français les plus touchés par la crise, (...) des réponses ciblées sur ceux qui en ont le plus besoin", a ajouté Bruno Le Maire.

Vers une suppression de la redevance télé ?

Durant son déplacement à Poissy, Emmanuel Macron s'est également engagé, s'l est réélu, à supprimer la redevance télé et à tripler le plafond de la "prime Macron" qui permet jusqu'ici aux entreprises de verser jusqu'à 1.000 euros sans charge ni impôt.

"On supprimera les impôts qui restent, la redevance en fait partie", a-t-il déclaré. Selon le chef de l’État, cette suppression est "cohérente avec la suppression de la taxe d'habitation", l'une des mesures phares de sa campagne en 2017.

Depuis 2009, la contribution à l'audiovisuel public est payable par toute personne qui est imposée à la taxe d'habitation et qui détient un téléviseur. Son montant est déterminé par le Parlement et s'élève actuellement à 138 euros en France métropolitaine.

Cette redevance permet de financer les chaînes de TV et de radio du secteur public, comme France Télévisions, Radio France, Arte ou France Médias Monde (France 24, RFI... ).

14 commentaires

  • 08 mars10:33

    Chouette, des impôts futurs (ou du seigneuriage par de l'inflation excessive).