1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'île Maurice : la Suisse de l'Afrique ?
Le Point01/10/2019 à 17:57

En août dernier, Le Monde qualifiait l'île Maurice de « paradis fiscal décomplexé » et citait deux chiffres qui interpellent : le PIB du pays n'est que de 13 milliards de dollars, alors que les actifs sur l'île sont évalués à plus de 630 milliards de dollars. Le quotidien citait le cas d'un des plus riches hommes d'affaires d'Ouganda. Il avait obtenu un prêt personnel de 2,5 millions de dollars via une société domiciliée aux Bermudes par le biais d'une autre société, African Frontiers, établie à Maurice. Cette dernière lui a proposé un investissement de 17 millions de dollars dans l'une de ses entreprises qui gère la plus importante centrale thermique d'Ouganda. Pourquoi cet oligarque établi du côté de Kampala fait-il appel à une entité domiciliée dans une petite île de l'océan Indien ? Tout simplement pour payer beaucoup moins d'impôts. Trente pour cent d'un côté, entre 3 et 15 % de l'autre.En quête de compétitivité par l'optimisation fiscaleC'est immoral répètent les ONG, comme CCFD-Terre Solidaire. Le problème, c'est que les plus grandes multinationales sont les premières à se domicilier dans des paradis fiscaux, en particulier les Gafa (Google, Apple, Facebook et Amazon). La guerre économique leur laisse-t-elle d'autres choix ? Refuser l'optimisation fiscale, c'est se faire dévorer par des concurrents payant trois, cinq ou dix fois moins d'impôts.En mars 2018, la Commission européenne a pointé du doigt sept...

Lire la suite sur LePoint.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • vazi
    01 octobre18:07

    tant qu'il n'y aura pas de remise à plat du sytème toutes les raisons sont valables. C'est la course à l'échalote sauf qu'un jour ça tombe comme Thomas Cook et là on dira c'est de la faute au marché !!

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer