Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France: L'Etat mobilisera €15 mds par mois de confinement pour l'économie
Reuters29/10/2020 à 20:47

FRANCE: L'ETAT MOBILISERA €15 MDS PAR MOIS DE CONFINEMENT POUR L'ÉCONOMIE

FRANCE: L'ETAT MOBILISERA €15 MDS PAR MOIS DE CONFINEMENT POUR L'ÉCONOMIE

PARIS (Reuters) - Les mesures de soutien à l'économie française face à la deuxième vague de l'épidémie due au nouveau coronavirus s'élèveront au total à 15 milliards d'euros par mois de confinement, a annoncé jeudi Bruno Le Maire lors de la présentation par le gouvernement des modalités de ce deuxième confinement qui entrera en vigueur à minuit.

Face à ces nouvelles dépenses, le gouvernement va inscrire une somme de 20 milliards d'euros dans le projet de loi de finances rectificatif de fin d'année, a ajouté le ministre de l'Economie, selon lequel ce reconfinement risque d'entraîner une chute d'activité de l'ordre de 15%, moitié moins qu'au printemps, et une nouvelle contraction du produit intérieur brut (PIB) après la récession du premier semestre.

Le Premier ministre, Jean Castex, a souligné que "beaucoup de règles" appliquées lors du premier confinement, du 17 mars au 10 mai, seraient reconduites.

Comme au printemps, il ne sera ainsi possible de sortir de chez soi que muni d'une attestation et pour des motifs précis, comme les courses alimentaires, des rendez-vous médicaux, la promenade des animaux domestiques ou l'exercice physique, dans la limite d'une heure et dans un rayon d'un kilomètre de son domicile.

Les bars, les restaurants, les commerces non essentiels, les salles de sport, les lieux culturels vont aussi une nouvelle fois devoir fermer.

En revanche, assurant que le gouvernement avait "appris de la première vague", Jean Castex a annoncé certains aménagements par rapport au dispositif en vigueur au printemps.

Si par exemple les parcs, jardins, forêts et plages resteront cette fois ouverts, le confinement sera adapté "sur deux points essentiels, l'école et le travail", a dit le Premier ministre.

"LE TÉLÉTRAVAIL N'EST PAS UNE OPTION"

Les écoles vont ainsi rester ouvertes même si le protocole sanitaire va y être renforcé pour limiter les contacts entre élèves, qui devront porter un masque dès l'âge de six ans.

Il s'agit de "ne laisser aucun enfant sur le bord du chemin tout en protégeant nos enseignants", a souligné Jean Castex.

Les parents seront autorisés à sortir de chez eux pour amener leurs enfants à l'école ou venir les récupérer.

Concernant le travail, les entreprises doivent pour leur part recourir au maximum au télétravail dès lors qu'il est possible.

"Le télétravail n'est pas une option", a dit la ministre Elisabeth Borne, soulignant que cette disposition serait inscrite dans le nouveau protocole national sur les obligations des entreprises.

Ces dernières, notamment les 200.000 commerces qui vont devoir fermer, bénéficieront d'un soutien de l'Etat qui "sera encore plus fort que lors du premier confinement", a promis Bruno Le Maire, qui a avancé un montant global de 15 milliards d'euros.

Ce montant se décompose en 6 milliards d'euros pour le fonds de solidarité, qui sera réactivé et renforcé, 7 milliards pour l'activité partielle, prolongée jusqu'au 31 décembre, plus d'un milliard pour les exonérations de cotisations sociales et un milliard pour la prise en charge d'une partie des loyers des entreprises, a dit le ministre de l'Economie.

Les entreprises pourront aussi souscrire auprès des banques des prêts garantis par l'Etat (PGE) jusqu'au 30 juin 2021, le dispositif étant prolongé de six mois.

"L'économie française a des bases solides, elle a des capacités de rebond exceptionnelles", a dit Bruno Le Maire. "Nous sommes aujourd'hui face à une nouvelle épreuve sanitaire (...) nous surmonterons cette épreuve sanitaire, il faut croire en l'économie française, elle est puissante."

(Nicolas Delame et Bertrand Boucey)

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • homlib
    30 octobre09:53

    Ils jonglent avec les dizaines de milliards comme les saltimbanques, les artistes de rue, les cracheurs de feu, les diseuses de bonne aventure, etc. Cela fait peur, vraiment peur.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer