Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Emmanuel Macron face au « problème corse »
Le Point12/12/2017 à 15:56

Que ce soit dans l'île ou au plus haut niveau de l'État, le 10 décembre 2017 restera une date à marquer d'une pierre blanche dans l'histoire politique de la Corse. Un vote historique qui ne peut souffrir aucune contestation : avec 56,4 % des voix à l'issue du second tour d'un scrutin joué d'avance, les nationalistes conduits pas Gilles Simeoni, le président du conseil exécutif, le « mini-gouvernement » de l'île, vont faire une entrer fracassante dans la prochaine Assemblée de Corse. Ils sont assurés d'obtenir 41 sièges ? sur 63 ? dans l'hémicycle de la collectivité unique, qui doit fusionner, en janvier 2018, les deux conseils départementaux et l'actuelle collectivité territoriale de Corse (CTC). Une majorité écrasante, mais surtout une hégémonie désormais incontestable des nationalistes sur le paysage politique insulaire. Jamais une formation politique n'aura bénéficié d'une telle assise dans l'île.

Depuis trois ans, le mouvement autonomiste collectionne les victoires dans les urnes : prise de la mairie de Bastia en 2014, conquête de la région en 2015 avec une majorité relative, et l'élection de trois députés nationalistes sur quatre aux législatives de juin dernier. Au lendemain de la première vague de cette élection, le 5 décembre, le président indépendantiste de l'Assemblée régionale, Jean-Guy Talamoni, n'y allait pas par quatre chemins dans les colonnes de Corse-Matin : « Si les Corses votent...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer