Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

+3,5% pour les APL : une hausse a minima?
information fournie par Boursorama avec Media Services27/06/2022 à 16:46

L'exécutif table sur une augmentation de 3,5% des APL, calquée sur la hausse maximale des loyers prévue par son nouveau "bouclier" pour les prix du logement.

(illustration) ( AFP / PHILIPPE HUGUEN )

(illustration) ( AFP / PHILIPPE HUGUEN )

Face à l'inflation galopante, le gouvernement prépare le terrain pour sa "Loi pouvoir d'achat", premier chantier législatif de la nouvelle majorité macroniste à l'Assemblée, qui se cherche pour l'occasion des alliés de circonstances. Parmi les mesures figure un "bouclier loyer", accompagné d'une augmentation des APL de l'ordre de +3,5%. Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a confirmé l'information lundi 27 juin à l'antenne de RMC/BFMTV .

Si elle est décrite par le ministre comme une "façon de répondre" à l'inflation et "protéger nos compatriotes les plus exposés", cette augmentation ne constitue pas une révolution pour autant. Le coup de pouce promis par l'exécutif n'est ainsi que la revalorisation prévue par la formule de calcul, explique ainsi BFM Business , qui ajoute que "la seule différence" est dû au caractère anticipé de cette hausse, effective au 1er juillet, tandis que la revalorisation automatique intervient au 1er octobre.

Mesure à 168 millions d'euros

Ces aides personnalisées au logement (APL) devraient être revalorisées de ce qui pour le budget de l’État représenterait une dépense supplémentaire de 168 millions d'euros.

Alors que l'indice de référence des loyers pourrait atteindre environ 5,5% d'ici la fin de l'année et être plus élevé encore au cours du premier semestre 2023, si la mesure s'appliquait les loyers pourraient au maximum augmenter de 3,5%, pendant un an. Une source au ministère de l’Économie a fait valoir qu'il s'agit d'"une mesure positive" qui "n'existe pas chez nos voisins". Cette hausse de 3,5% sera "le maximum qui pourra être appliqué" mais "une partie importante des propriétaires" n'ira pas jusqu'au plafond, a-t-elle assuré.

Indice des prix à la consommation (glissement annuel en %) de mai 2017 à mai 2022 ( AFP /  )

Indice des prix à la consommation (glissement annuel en %) de mai 2017 à mai 2022 ( AFP / )

Selon l'Insee, l'inflation atteindrait en moyenne 5,5% au total sur l'année, du jamais-vu depuis 1985 , ce qui amputerait le pouvoir d'achat des ménages de 1% en dépit des mesures de soutien public en place ou annoncées, soit sa plus forte contraction depuis 2013, marquée alors par la politique d'austérité post-crise financière.

2 commentaires

  • 27 juin19:18

    Et si on augmentait les salaires et pas les aides ?