1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le CFD : les frais et la fiscalité

Dernière mise à jour le : 24/10/2018

Zixp/Shutterstock / Zixp

Opérer sur les CFD génère des frais de plusieurs sortes, lesquels visent à rémunérer le courtier pour le service offert. Si vous conservez une position plus d'un jour, des frais de financement vont notamment s'appliquer. En cas de gain ou de perte, la fiscalité est la même que pour les actions détenues sur un compte-titres.

Le «spread» constitue une des rémunérations du courtier

L'intermédiaire se rémunère en partie grâce au «spread», c'est-à-dire l'écart entre le cours d'achat et le cours de vente d'un CFD. Logiquement, cet écart représente un coût pour l'investisseur individuel.

Exemple

Un CFD est proposé à un instant t à 5.200 points à l'achat et 5.204 points à la vente. Si vous achetez à 5.204 points et revendez immédiatement, la vente se fera à 5.200 points. Ainsi, vous partez avec un déficit de 4 points, lesquels constituent un coût indirect.

A savoir

Lorsqu'il s'agit de sélectionner un courtier en CFD, il est important de comparer les «spreads» annoncés. Plus le «spread» est réduit, plus vous réduisez le coût de vos opérations.

Des frais classiques sur les actions

Sur les CFD actions, la plupart des courtiers appliquent des frais de transaction à l'achat et à la vente, comme chez un intermédiaire classique. Ces frais peuvent être fixes ou variables (en fonction de la taille de l'ordre, avec un minimum). Certains courtiers combinent les deux.

Des frais de financement sur les opérations de plus de 24 heures

Si vous conservez une position plus d'une journée, vous devez régler des frais de financement. En effet, en vous permettant d'investir avec une somme réduite par rapport au montant réel de l'opération, le courtier vous fait crédit. Vous devez donc lui verser un intérêt chaque jour où la position est maintenue en portefeuille.

En général, pour les positions acheteuses, le taux interbancaire de référence est le taux Euribor 1 mois auquel on ajoute 2,5 %. A l'inverse, si vous êtes en position de vente à découvert, vous êtes supposé percevoir les intérêts du crédit basés sur le taux interbancaire auxquels on soustrait 2,5 %. Toutefois, lorsque les taux interbancaires sont très faibles comme actuellement, la différence est négative et vous êtes donc également débité de frais de financement.

A noter

La somme totale des frais de financement est automatiquement créditée ou débitée sur votre compte. Elle est quotidiennement mise à jour dans l'historique des transactions et frais.

La fiscalité des CFD est identique à celle des actions

La fiscalité des valeurs mobilières s'applique. Ainsi, les gains sont imposables au Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU) de 30 % par défaut. Vous conservez la possibilité d'opter pour l'imposition au barème progressif de l'Impôt sur le Revenu (IR). Par ailleurs, les moins-values peuvent être déduites des plus-values de même nature (actions, obligations...) et sont reportables pendant 10 ans. 

En intervenant sur un CFD, vous pouvez être exposé à trois différents types de frais. Il est important de comparer les offres pour trouver le courtier adapté à vos besoins.

Calculez votre épargne sur un CSL

Les Risques en Bourse

Fermer