Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

L’épargne solidaire est-elle un bon placement?
Dernière mise à jour le : 26/07/2022

Investir éthique en alliant perspectives de performances et valeurs personnelles crédit photo : GettyImages

Investir éthique en alliant perspectives de performances et valeurs personnelles crédit photo : GettyImages

Financer des entreprises à caractère social, environnemental ou éthique, c’est l’esprit des fonds de placement solidaire. De plus en plus d’investisseurs souhaitent désormais associer leur recherche de performance avec des enjeux sociétaux et des valeurs personnelles. Cependant, les perspectives de rendement et la réalisation d’objectifs personnels restent pour eux un enjeu majeur avant de s’engager.

Sommaire:

  • Pourquoi l’investissement éthique séduit les épargnants
  • Donner du sens à ses investissements via l’Investissement Socialement Responsable (ISR)
  • Comment reconnaître un placement éthique?
  • Les trois atouts de la finance solidaire

Pourquoi l’investissement éthique séduit les épargnants

Apparue au milieu des années 1980, l’épargne citoyenne participe à la lutte contre le chômage et l’exclusion en permettant l’investissement dans des entreprises à caractère solidaire. Cependant, ce ne sont pas les seuls objectifs visés par les investisseurs particuliers. Cette épargne peut être investie dans des activités relevant de l’économie sociale et solidaire comme l’accès à l’eau potable, aux soins, à un environnement sain ou à un logement. Il peut également s’agir de lutter contre l’endettement des personnes les plus précaires ou contre l’insalubrité de certains logements. L’épargne solidaire peut aussi accompagner le financement de PME et l’attribution de microcrédits aux particuliers ou aux TPE.

Les épargnants français adhèrent de plus en plus aux fonds solidaires . En 2020, selon l’association Fair (plus connue sous son ancien nom Finansol), l’encours de leurs placements a franchi les 20 milliards d’euros. Concrètement, les sommes investies ont permis de reloger 1.400 personnes, d’approvisionner en énergie renouvelable plus de 8.000 foyers, de proposer environ 1.000 hectares de terre à des agriculteurs bio et de créer ou maintenir près de 40.000 emplois.

Si l’épargne solidaire rencontre un vif succès, ce n’est pas seulement pour les actions associées à ce placement. En effet, la Loi Pacte a particulièrement porté à la hausse la collecte en permettant à l’ assurance-vie de devenir solidaire. Depuis le 1er janvier 2020, les compagnies d’assurances doivent obligatoirement proposer des contrats d’assurance-vie multisupports, présentant au moins une unité de compte adossée à un fonds solidaire, à un fonds bénéficiant du label ISR ou à un fonds labellisé Greenfin.

Le contexte sanitaire n’a pas particulièrement incité les épargnants à investir éthique. En effet, le principal vecteur d’épargne solidaire est l’ épargne salariale avec 11,7 milliards d’euros pour un total de 20,3 milliards d’euros. La part versée par les entreprises (primes d’intéressement ou de participation sur des plans d’épargne entreprise) a donc contribué au développement de l’épargne solidaire. En revanche, les missions sont représentatives de la crise sanitaire liée à la Covid-19 enregistrant une forte hausse des prêts sociaux aux particuliers.

Donner du sens à ses investissements via l’Investissement Socialement Responsable (ISR)

Les fonds ISR (Investissement Socialement Responsable) permettent aux Français de financer des causes et des projets importants pour eux. Une manière de participer à l’économie réelle sans sacrifier ses convictions. Les sociétés de gestion ont bien compris cette attirance des Français pour les fonds ISR et ils y répondent en développant de plus en plus de produits d’épargne tenant compte de critères environnementaux et/ou sociaux.

Comment reconnaître un placement éthique?

L’association Fair a créé un label permettant aux investisseurs de vérifier si les fonds de placement sont des placements solidaires. Ces investissements doivent impérativement répondre à deux enjeux principaux:

  • La transparence. L’épargnant doit être informé régulièrement de l’utilisation de son argent.
  • La solidarité. L’encours de l’épargne doit être investi de 5% à 10% dans une activité solidaire (fonds solidaire) ou dans le cadre d’un fonds de partage. 25% du revenu ou de la performance de l’épargne doit être versé sous forme de dons à des organismes solidaires choisis par l’investisseur.

Trois autres labels existent en France pour connaître la destination de son épargne. Le label ISR (Investissement Socialement Responsable), le CIES (Comité Intersyndical de l’Épargne Salariale) et le label Greenfin. Contrairement à l’épargne classique, l’épargne solidaire permet aux investisseurs de connaître la manière dont est géré le capital investi et le(s) projet(s) soutenu(s). Les formes d’épargne solidaire sont de nature variée (compte épargne, assurance-vie, plan d’épargne entreprise, plan pour la retraite collectif, placement sous forme d’actions…).

Un encours record pour l’épargne des Français

Les 20,3 milliards d’euros investis en 2020 dans l’économie sociale et solidaire représentent une somme record et prouvent la vitalité de ces placements. Cet encours a permis de verser 3,8 millions d’euros de dons à des associations, lesquels ont généré 566 millions d’euros de financement solidaire pour soutenir des projets à vocation sociale et/ou environnementale. Si l’épargne solidaire a fait un bond, il est toutefois nécessaire de relativiser. En effet, cette forme d’épargne représente seulement 0,36% du patrimoine financier des Français. En 2019, c’était 0,29%. La croissance est donc réelle, mais relativement lente.

Les trois atouts de la finance solidaire

Les fonds solidaires ont de nombreux atouts à faire valoir.

D’une part, leurs frais de gestion peuvent être jusqu’à 30% inférieurs à ceux des fonds traditionnels.

D’autre part, ils bénéficient d’une fiscalité particulière. En effet, les dons réalisés dans le cadre des placements de partage sont déductibles de l’impôt sur le revenu à hauteur de 66%, dans la limite de 20% du revenu imposable (75% jusqu’à 526 euros pour les associations d’aide aux personnes en difficulté).

Enfin, la finance solidaire propose des placements vraiment intéressants en termes de rendement. Selon une étude FIR/École polytechnique réalisée en 2020, 62% des fonds labellisés ISR ont “surperformé” en comparaison avec la moyenne du marché.

C’est notamment le cas des fonds principalement dédiés à la transition énergétique et écologique. À ce titre, le fonds FCP Agir pour le climat d’Ecofi bénéficie d’une triple labellisation ISR, Greenfin et Finansol. En 2020, il affichait une performance de 21,31% contre, en moyenne, 20,20% pour des fonds de sa catégorie. Éthique et finance peuvent donc faire bon ménage.

Annonces immobilières