Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Droits de succession entre parents et enfants: frais, barème, abattement
Dernière mise à jour le : 12/06/2020

Les enfants, héritiers prioritaires en cas de succession. crédit photo : Evgeny Atamanenko/Shutterstock / Evgeny Atamanenko

Les enfants sont des héritiers prioritaires. Ils ont vocation à recueillir la totalité du patrimoine de leurs parents à leur décès. Ils bénéficient d'un abattement de 100 000 € sur leur part d'héritage pour le calcul de leurs droits de succession.

Sommaire:

  • La part d'héritage des enfants
  • L'abattement accordé aux enfants
  • Les droits de succession des enfant

La part d'héritage des enfants

Au décès d'un parent, les enfants héritent en principe de son patrimoine (transmission de patrimoine). Les enfants ont tous les mêmes droits dans la succession. Légitimes (parents mariés), naturels (parents pacsés ou en concubinage), biologiques, adoptés, issus de la même union ou d'unions différentes, ils se partagent normalement le patrimoine de leur parent à égalité.

Si le défunt était marié, son conjoint a aussi des droits dans sa succession. En présence d'enfant communs au couple, il a droit à l'usufruit de la totalité des biens composant la succession ou au quart des biens en pleine propriété. En revanche, en présence d'enfants du défunt nés d'une autre union, il n'a droit qu'au quart des biens en pleine propriété.

Le défunt peut avantager un enfant par rapport à ses frères et sœurs, ou transmettre une part de ses biens à une autre personne (frère, oncle, ami...) en établissant un testament. Sa liberté est limitée car il ne peut transmettre comme il l'entend que la part de son patrimoine non réservée par la loi à ses enfants. Cette part, appelée la réserve héréditaire, est égale à la moitié de ses biens s'il a un enfant, aux deux tiers s'il en a deux et aux trois quarts s'il en a trois ou plus.

A noter

Le défunt peut accorder à son conjoint une part d'héritage supérieure à celle prévue par la loi, en établissant une donation entre époux, en intégrant des avantages matrimoniaux dans un contrat de mariage notarié, ou en rédigeant un testament en sa faveur.

L'abattement accordé aux enfants

Pour le calcul des droits de succession dus par les enfants, un abattement de 100 000 € est déduit de leur part d'héritage. Des cas spécifiques viennent bousculer cette règle:

  • Les enfants handicapés (dans l'impossibilité de travailler) ont droit, en plus, à un abattement spécial de 159 325 €, soit un abattement global de 259 325 €.
  • Si le défunt a consenti des donations à ses enfants dans les 15 années précédant son décès, l'abattement auquel ils ont droit sur leur part d'héritage est diminué de ceux dont ils ont déjà bénéficié pour le calcul des droits de donation. En revanche, les abattements obtenus pour des donations de plus de 15 ans ne sont pas pris en compte.
  • L'enfant adopté ne peut bénéficier de l'abattement de 100 000 € sur l'héritage de ses parents adoptifs qu'en cas d'adoption plénière (rupture des liens avec sa famille d'origine), pas d'adoption simple (maintien des liens avec la famille d'origine). Mais il peut bénéficier de l'abattement spécial de 159 325 € s'il est handicapé, et d'un abattement de 1 594 € s'il ne l'est pas. Par exception, l'adopté simple a droit à l'abattement de 100 000 € dans certains cas particuliers, notamment s'il a été adopté par le conjoint de son père ou de sa mère.

Les droits de succession des enfants

La valeur de l'héritage reçu par un enfant qui dépasse l'abattement auquel il a droit est soumise aux droits de succession en ligne directe.

Fraction de l'héritage taxable (H) Taux applicable Formule de calcul
Jusqu'à 8 072 € 5 % H x 0,05
Entre 8 072 et 12 109 € 10 % (H x 0,1) - 404 €
Entre 12 109 et 15 932 € 15 % (H x 0,15) - 1 009 €
Entre 15 932 et 552 324 € 20 % (H x 0,2) - 1 806 €
Entre 552 324 et 902 838 € 30 % (H x 0,3) - 57 038 €
Entre 902 838 et 1 805 677 € 40 % (H x 0,4) - 147 322 €
Au-delà de 1 805 677 € 45 % (H x 0,45) - 237 606 €

Exemple

Un enfant dont l'héritage, après abattement, est évalué à 300 000 € doit payer 5 % de droits de succession sur 8 072 €, 10 % sur 4 037 €, 15 % sur 3 823 € et 20 % sur 284 068 €. Au total, ses droits de succession s'élèvent à 58 194 € (300 000 € x 0,2 - 1 806 €).

Les enfants sont prioritaires pour recueillir la succession de leurs parents. Leur part d'héritage est réduite d'un abattement de 100 000 € pour le calcul de leurs droits de succession.

Prévoyance

Retrouvez le simulateur de prévoyance Boursorama, l'outil parfait pour la simulation et le calcul de votre prévoyance.

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer