Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Argent, platine et palladium: comment investir dans ces trois métaux précieux?
Dernière mise à jour le : 26/07/2022

L’argent, le platine et le palladium: trois métaux précieux cotés sur les marchés crédit photo : GettyImages

L’argent, le platine et le palladium: trois métaux précieux cotés sur les marchés crédit photo : GettyImages

Il est possible d’investir dans de nombreux métaux précieux en Bourse. Au-delà de l’or, les investisseurs particuliers peuvent, comme les professionnels, investir dans des métaux comme l’argent, le platine et le palladium. Ces derniers ont leurs caractéristiques et trouvent de nombreuses applications dans diverses industries. L’évolution de leurs prix dépend de nombreux facteurs.

Sommaire:

  • Investir dans l’argent, un métal industriel et «spéculatif»
  • Investir dans le platine, un métal lié à l’industrie automobile
  • Investir dans le palladium, un platine en plus cher

Investir dans l’argent, un métal industriel et «spéculatif»

L’argent métal est moins rare et moins cher que l’ or . En raison de son prix à l’once plus attractif, il est d’ailleurs surnommé «l’or du pauvre». Toutefois, il s’agit d’un actif tangible dont près de 75% de la production annuelle est préemptée par l’industrie, le reste étant destiné à la bijouterie et à l’investissement (pièces et lingots).

Les qualités de l’argent métal sont nombreuses. Il est malléable, léger, antibactérien, insoluble dans l’eau et offre une excellente conductivité thermique et électrique. Il entre dans la composition de nombreux alliages. Compte tenu de ces atouts, il est utilisé dans les technologies de pointe (énergie solaire, nucléaire, électronique, téléphonie, nanotechnologies, applications médicales, mécanismes de contact...). Il figure également dans la composition de certains types de batteries et semble devoir profiter de l’essor du véhicule électrique.

La production d’argent avoisine les 25.000 tonnes par an. Cependant, elle stagne depuis plusieurs années en raison d’un sous-investissement chronique de la part des groupes miniers. Le Mexique est le premier producteur au monde, devant le Pérou et la Chine. Ces trois pays concentrent presque la moitié des extractions.

Du côté des investisseurs, le ratio or/argent constitue un indicateur très suivi pour mesurer l’attractivité du métal blanc. Il est calculé en divisant le cours de l’once d’or par le cours de l’once d’argent. Lorsqu’il est supérieur à 80, l’argent est généralement jugé sous-valorisé par rapport au métal jaune.

À savoir

La volatilité du cours de l’argent métal est supérieure à celle de l’or. En effet, le marché est plus étroit et offre donc moins de garanties de liquidité. Si l’or est perçu comme une valeur refuge, l’argent affiche un profil plus «spéculatif».

Investir dans le platine, un métal lié à l’industrie automobile

Sur la planète, la rareté du platine est trente fois supérieure à celle de l’or. Environ 40% de la production est utilisée pour la fabrication des pots catalytiques des véhicules à moteur thermique. Par conséquent, le durcissement de la réglementation concernant les émissions de CO2 de l’industrie automobile a alimenté la demande. La bijouterie représente également 40% de la production, avec des débouchés particulièrement significatifs aux États-Unis, en Chine, au Japon et en Inde.

Le platine est malléable, ductile, non toxique, dense, stable à haute température et résistant à la corrosion. Parallèlement à ses débouchés industriels, il trouve de nombreuses applications dans le domaine médical (implants rétiniens, pacemakers, traitements anticancéreux…).

La production de platine est régulièrement inférieure à 200 tonnes par an. L’Afrique du Sud est de loin le premier producteur au monde (75% de la production), devant la Russie et le Zimbabwe. Toutefois, il est important de noter l’importance du recyclage. Ce dernier pèse 30% de la production mondiale de platine.

Pour les investisseurs, le platine ne constitue pas une évidence en termes de placements. Historiquement, les lingots et les pièces représentent ainsi moins de 2% de la demande de platine. Toutefois, il est une piste d’investissement et de diversification. Sa forte chute pendant la crise sanitaire a par conséquent attiré de nombreux intervenants.

Le risque des contrats à terme

Les métaux sont cotés sur des marchés à terme. Les investisseurs y négocient des contrats à diverses échéances (un prix, une échéance). Sur ce type de produits, des termes très spécifiques sont employés. Le contango définit une situation particulière où le prix de la matière première ou du métal échangé est plus élevé sur une échéance lointaine. Dès lors, les investisseurs anticipent une hausse des prix. À l’inverse, lorsque les prix sont moins élevés sur les échéances futures, on parle de backwardation. Le prix spot est quant à lui le prix d’une marchandise pour une livraison immédiate. Les ETC (Exchange Traded Commodities), de la famille des ETF (Exchange Traded Fund) , permettent aux particuliers d’investir dans des matières premières et des métaux. Ils sont en réalité indexés sur les contrats futurs des marchés à terme.

Investir dans le palladium, un platine en plus cher

Perçu comme un métal noble et rare, le palladium fait partie des métaux du groupe du platine, dits MGP. Cependant, sa densité est inférieure à celle du platine. Il affiche également un point de fusion plus bas. Comme le platine, il est utilisé dans la fabrication de convertisseurs catalytiques pour les véhicules motorisés et participe de ce fait à la réduction des émissions polluantes.

Le palladium entre également dans la fabrication de composants électroniques employés en téléphonie et même dans la réalisation des alliages dentaires. Enfin, le palladium sert d’électrode dans les piles à combustible. Un éventuel succès de l’hydrogène en tant que source d’énergie pourrait donc alimenter la demande.

La production annuelle de palladium est similaire à celle du platine, autour de 200 tonnes. La Russie, l‘Afrique du Sud, les États-Unis, le Canada et le Zimbabwe sont les principaux pays producteurs.

Sur les marchés financiers, le prix du palladium est supérieur à celui de l’or. Son cours a particulièrement profité du Dieselgate en 2015, lequel a conduit les constructeurs à accroître leur production de véhicules essence (équipés d’un pot catalytique), au détriment de ceux fonctionnant au diesel. Désormais, le développement des voitures électriques pourrait affecter la demande de palladium.

ESG et mines: sont-ils incompatibles par nature?

Dans le cadre de l’Investissement Socialement Responsable (ISR), la notation ESG intègre trois composantes, à savoir l’Environnement, le Social et la Gouvernance. Les groupes miniers sont généralement mal notés sur le critère environnemental. Avec la baisse de la teneur et de la qualité des gisements, l’industrie minière dépense davantage d’énergie et d’eau pour extraire les minerais. L’impact négatif pour les populations locales est souvent souligné. La gouvernance peut également être pointée du doigt, les mines évoluant dans des pays au cadre législatif «mouvant». Reste que les métaux extraits sont aujourd’hui indispensables à la transition énergétique (éolien, solaire). Cela peut rendre «schizophréniques» les investisseurs ESG…

Annonces immobilières