Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Impôts : Vinted, Leboncoin, Ebay , faut-il déclarer vos ventes sur les plateformes en ligne ?
Boursorama04/05/2021 à 06:55

Vendre des objets sur une plateforme en ligne est désormais connu par l'administration fiscale ( Crédits photos : Pexels)

Vendre des objets sur une plateforme en ligne est désormais connu par l'administration fiscale ( Crédits photos : Pexels)

Faire du vide-grenier ou revendre des objets sur les plateformes internet n'est plus une activité qui passe sous les radars de l'administration fiscale depuis l'adoption d'une loi contre la fraude fiscale. C'est la raison pour laquelle vous avez sans doute reçu un récapitulatif de toutes vos transactions si vous êtes un habitué de sites comme Leboncoin, Ebay ou encore Vinted. Pas de raisons de paniquer pour autant, surtout si vous n'êtes qu'un vendeur occasionnel. On vous dit pourquoi.

Que vous soyez un habitué de la revente d'objets sur des plateformes du type Leboncoin ou Ebay, ou qu'à la faveur du confinement vous ayez occupé votre temps à libérer de la place dans votre penderie en revendant vos vêtements sur Vide Dressing ou Vinted, vous avez pu recevoir de la part de ces plateformes un récapitulatif des ventes que vous avez effectué durant l'année ainsi que leur montant. En cette période d'ouverture de la déclaration de revenus pour 2020, un tel document peut inquiéter bon nombre d'utilisateurs réguliers de ces plateformes...

Une obligation pour les plateformes en vertu d'une loi qui date de 2018

Cette obligation dévolue aux plateformes résulte de la loi du 23 octobre 2018 relative à la lutte contre la fraude fiscale. Dans ce cadre très vaste, Bercy a voulu s'assurer de la pleine collaboration des plateformes dont l'activité connaît un essor soutenu depuis plusieurs années et permettre à l'administration fiscale d'améliorer ses capacités de détection des revenus non déclarés. D'ailleurs, si les plateformes ont l'obligation depuis 2020 de vous fournir un récapitulatif des transactions effectuées sur leur site, elles doivent également communiquer ce même document à l'administration fiscale sur simple demande de sa part sous peine d'amende. SI vous avez perçu plus de 3.000 euros de revenus sur l'année suite à des ventes sur ce type de site Internet ou que vous y avez effectué plus de 20 transactions en tant que vendeur l'administration fiscale sera au courant. Le document transmis par la plateforme vous permettra de «  compléter votre déclaration de revenus 2020, sous réserve bien entendu que les revenus en question soient à déclarer ce qui n'est pas toujours le cas », précise le dossier de presse 2021 sur les impôts sur les revenus 2020.

 Une distinction entre la vente occasionnelle et la vente « professionnelle»

Pour autant, ces nouvelles obligations déclaratives ne signifient pas que vous allez être taxé parce que vous avez revendu une partie de votre penderie sur internet. En effet, le Fisc fait une distinction entre ce qui relève d'une activité occasionnelle et d'une activité régulière. C'est d'ailleurs sur cette dernière qu'elle porte ses efforts de surveillance. La loi de 2018 a pour objectif de limiter les abus de certains particuliers qui recourent régulièrement aux plateformes, en tirent des revenus substantiels, sans toutefois être soumis aux mêmes contraintes que les vendeurs professionnels (immatriculation au registre du commerce, versement de la TVA et des cotisations sociales).  A contrario, si vous vendez des biens que vous ne souhaitez plus conserver et que ces ventes ont un caractère occasionnel et sont réalisées dans le cadre de la gestion de votre patrimoine privé, il ne s'agit pas d'une activité professionnelle. Par conséquent, les revenus de ces ventes ne sont pas imposables.

A lire aussi : vendre sur les sites d'enchères ou de petites annonces

Faire attention au seuil de 5000 euros

Attention toutefois, car pour être exonérées d'impôt, ces ventes ne doivent pas excéder 5.000 euros. Ce seuil s'entend par vente et non sur l'ensemble de l'année.

Au-delà de 5.000 euros, le revenu tiré de la vente sera soumis au régime d'imposition des plus-values de cession des biens «meubles». C'est-à-dire que la plus-value générée sera taxée au taux de 19% plus 17,2% de prélèvements sociaux. Cet impôt doit être acquitté dans le mois de la cession auprès de votre centre des impôts au moyen du formulaire 2048-M-SD. Encore faut-il qu'il y ait eu une plus-value et il faut signaler que la vente de certains objets n'y est pas soumise

 Le cas particulier de la vente de métaux précieux, de bijoux ou d'objets de collection

La vente d'un bijou précieux sur une plateforme ne relève pas de l'impôt sur le revenu mais fait l'objet d'une taxe spécifique dite Taxe Forfaitaire sur les Objets Précieux ( TFOP) dont le montant peut varier entre 6 et 11 %  selon la nature de l'objet vendu.

Le cas des meubles meublants

Il existe une exception à la déclaration de revenus au-delà de 5.000 euros avec ce que l'on appelle les meubles meublants. Cette vieille dénomination héritée du Code Civil vise les objets tels que le canapé du salon, une commode, des tapisseries, ou bien encore l'électroménager. La vente d'une voiture rentre également dans ce cadre tant qu'il ne s'agit pas d'une voiture de collection. A titre d'exemple, la revente d'une voiture d'occasion à 7.000 euros n'entrainera pas de taxation spécifique pour un particulier tant que ça reste occasionnel.  Toutefois, plusieurs transactions réalisées au cours de l'année éveilleront forcément l'attention du Fisc et pourraient faire basculer leur auteur en tant que vendeur professionnel.

Acheter ou fabriquer des biens pour les revendre

La ligne de démarcation entre vente occasionnelle et vente professionnelle sera franchie si vous achetez un bien ou si vous le fabriquez, pour le revendre ensuite sur une plateforme et ce, quel que soit le montant des transactions. De telles ventes pourront être considérées par le Fisc comme des actes commerciaux et donc imposables au titre des Bénéfices Industriels et Commerciaux (BIC) dès le premier euro. A partir de ce moment, vous basculez dans un autre régime d'imposition qui peut relever soit du  Micro-Bic soit du régime réel  selon le niveau de revenus générés par votre activité commerciale.

redaction@boursorama.fr

6 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • alibaba0
    10 mai09:07

    mxnagg n'exagérez pas. Avant d'être controlé, il faut à mon avis faire fort et avant d'etre dans les conditions pour vraiment être retaxé, j'en parle pas.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer