Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

« Ushoahia » : Yann Moix reconnaît une « abjecte » erreur de jeunesse
Le Point26/08/2019 à 16:20

Yann Moix continue de faire parler de lui en cette rentrée littéraire, marquée notamment par la parution de son dernier livre Orléans. Un brûlot dans lequel il décrit la violence et la haine qui, assure-t-il, ont marqué son enfance. Depuis, les réactions médiatiques de ses proches et de ses amis se multiplient. Dernier en date, son frère Alexandre qui n'hésite pas à se décrire comme la véritable victime de la violence nihiliste de l'écrivain. Dans une lettre au Parisien, il le qualifie même de « révisionniste », voulant bâtir une version déformée de l'histoire. Des révélations de L'Express laissent penser que derrière la violence du mot, se trouve peut-être une allusion à un épisode sulfureux du passé de Yann Moix.L'histoire remonte à la période 1989-1990. À l'époque, Yann Moix est étudiant à Sup de Co Reims. Il publie alors avec plusieurs camarades une revue baptisée Ushoaia, un jeu de mots mêlant Shoah et Ushuaïa, l'émission de Nicolas Hulot. Une étoile de David figure par ailleurs sur le « i » de la revue qui n'aura compté que trois numéros. Elle est illustrée par des dessins de Yann Moix. L'Express, clichés à l'appui, donne des détails. Sur la couverture du premier numéro, on trouverait ainsi un déporté qui joue de la guitare devant les fours crématoires. Plus loin, un dessin du club « Mickey-Auschwitz » ou une fausse publicité pour le « Coca-Créma », présentée comme la « boisson officielle de...

Lire la suite sur LePoint.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer