Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

UE : la suspension des règles budgétaires jusqu'en 2023 est une "bonne nouvelle", estime Bruno Le Maire
information fournie par Boursorama avec Media Services24/05/2022 à 15:01

Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire. ( AFP / ERIC PIERMONT )

Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire. ( AFP / ERIC PIERMONT )

"La prolongation de la clause dérogatoire exceptionnelle en 2023 est une bonne nouvelle, parce que ça va nous donner les marges de manœuvre nécessaires pour prendre les décisions pour continuer à protéger nos concitoyens contre l'augmentation des prix", a déclaré Bruno Le Maire à Bruxelles ce mardi 24 mai.

Lundi 23 mai, la prolongation en 2023 de la suspension des règles budgétaires de l'UE a été annoncée par la Commission européenne pour affronter les incertitudes économiques liées à la guerre en Ukraine. Ce mardi, le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, s'en est félicité.

Le pacte de stabilité, qui limite les déficits publics à 3% et la dette à 60% du Produit intérieur brut (PIB), a été suspendu début 2020 dans le contexte de la pandémie mondiale de Covid-19. Cette clause dérogatoire a permis d'engager des dépenses publiques exceptionnelles pour soutenir les ménages et les entreprises pendant la crise. Le pacte devait initialement être réactivé en 2022, puis en 2023, mais le sera finalement en 2024.

"La prolongation de la clause dérogatoire exceptionnelle en 2023 est une bonne nouvelle, parce que ça va nous donner les marges de manœuvre nécessaires pour prendre les décisions pour continuer à protéger nos concitoyens contre l'augmentation des prix", a déclaré Bruno Le Maire à Bruxelles, avant une réunion des ministres des Finances de l'UE.

Pour lutter contre l'inflation, il faut "réduire les déficits", selon Berlin

"Cela ne veut pas dire ouvrir tout grand les vannes de la dépenses publiques, a-t-il souligné. Le rétablissement progressif des finances publiques, la réduction de l'endettement public, restent notre objectif de long terme à tous, c'est ce qui fait aussi la cohésion de la zone euro". Cette position de la Commission a été bien accueillie par les ministres des Finances de l'UE, aucun ne s'y opposant.

L'allemand Christian Lindner a toutefois exprimé des réserves. Pour lutter contre l'inflation, il faut "réduire les déficits", a-t-il affirmé. Soulignant que l'Allemagne n'utiliserait pas cette souplesse budgétaire, il a conseillé aux autres pays de faire de même. "Nous devons sortir de l'endettement dès que possible, nous devons retourner au pacte de stabilité dès que possible", a-t-il dit.

Pas encore remise du choc de la pandémie de Covid-19, l'activité économique européenne affronte une flambée des prix et un net ralentissement de sa croissance provoqués par le conflit militaire avec la Russie.

15 commentaires

  • 25 mai14:54

    Génial M. LEMAIRE vous allez pouvoir continuer de dépenser et distribuer l'argent que nous n'avons pas !! Pour le reste vogue la galère...