Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

TotalEnergies en Russie : "Jadot ferait mieux de s'occuper de sa campagne et d'arrêter de nous insulter", étrille le PDG
information fournie par Boursorama avec Media Services 23/03/2022 à 14:36

TotalEnergies à La Défense. ( AFP / CHRISTOPHE ARCHAMBAULT )

TotalEnergies à La Défense. ( AFP / CHRISTOPHE ARCHAMBAULT )

"Quand monsieur Jadot accuse les 100.000 salariés de Total de complicité de crime de guerre, c'est gravissime ! C'est une insulte !", a fustigé le PDG de TotalEnergies, Patrick Pouyanné au micro de RTL ce mercredi 23 mars.

"Je suis un patron en colère." Invité au micro de RTL ce mercredi 23 mars, le PDG de TotalEnergies, Patrick Pouyanné, a étrillé le candidat écologiste à la présidentielle Yannick Jadot .

Ce dernier a notamment appelé dimanche au boycott de la société qui n'avait pas cessé ses activités en Russie. "Quand monsieur Jadot accuse les 100.000 salariés de Total de complicité de crime de guerre, c'est gravissime ! C'est une insulte ! Est-ce que vous pensez que nous ne sommes pas des êtres humains et que nous ne réfléchissons pas tous les jours ?", s'est indigné Patrick Pouyanné.

"Ce n'est pas acceptable. Monsieur Jadot d'ailleurs, au passage, passe son temps à dire du mal de mon entreprise, ce que j'observe, c'est que ça le fait baisser dans les sondages. Il ferait mieux de s'occuper de sa campagne et d'arrêter de nous insulter. Voilà ce que je pense. On est des gens responsables, on prend le temps de réfléchir", a assuré le PDG de TotalEnergies.

Plus tard dans la matinée, le candidat à la présidentielle a à son tour réagi. "Total Energies, soutenu par Emmanuel Macron, fait quelques concessions mais maintient l'essentiel de ses activités en Russie, en pleine connaissance des crimes de guerre qu’elles contribuent à financer. Oui c’est être complice ! J’appelle Patrick Pouyanne à débattre avec moi", a-t-il répondu, dans un tweet.

"Le gaz, je ne sais pas faire"

Le groupe français a annoncé mardi renoncer à tout achat de pétrole ou produits pétroliers russes au plus tard à la fin de l'année. Il a néanmoins assuré ne pas pouvoir se passer du gaz russe, ou une partie de l'économie européenne "s'arrêterait".

"Je sais remplacer ce pétrole et ce diesel" russes mais "le gaz, je ne sais pas le faire. Si je décide d'arrêter d'importer du gaz russe, je ne sais pas le remplacer, je n'en ai pas de disponible. J'ai des contrats de 25 ans et je ne sais pas sortir de ces contrats", a déclaré Patrick Pouyanné.

Concernant l'annonce de retrait de Russie de certains groupes anglo-saxons, "personne n'est parti, mes concurrents continuent de prendre le gaz russe parce qu'on a des contrats long terme et qu'on ne sait pas les arrêter, sauf si les gouvernements décident de santions qui font qu'on peut utiliser la force majeure. Si j'arrête le gaz russe, je paie des milliards immédiatement aux Russes", a affirmé le PDG.

"Il n'y a pas de futur de croissance en Russie pour TotalEnergies"

"Sans gaz russe, on arrête une partie de l'économie européenne" et, à ce stade, les gouvernements européens n'ont pas décidé de sanctionner le gaz russe, rappelle-t-il en ajoutant: "si nous arrêtons le gaz russe, nous savons que l'hiver 2023, nous avons un problème, en janvier 2023 il faudra rationner l'utilisation du gaz, pas pour les particuliers mais sans doute pour les industriels en Europe".

Quitter totalement la Russie ? "Je ne vais pas le faire, on a investi dans des usines pour presque 13 milliards de dollars, ce n'est pas un problème d'argent, ces usines vont continuer à tourner que je m'en aille ou non. Me retirer c'est donner ces 13 milliards à des Russes, pour zéro car personne ne peut les acheter. Vous voulez que j'abandonne des actifs en Russie pour enrichir des Russes qu'on a mis sous sanction?" a-t-il lancé.

"La Russie c'était 5% de notre cashflow, 10% de notre résultat, l'entreprise n'est pas en jeu du tout. Depuis que monsieur Poutine a décidé d'envahir l'Ukraine, il n'y a pas de futur de croissance en Russie pour TotalEnergies, j'ai mis une croix sur tout le futur qu'on était en train de construire en Russie. Vous croyez que même après la guerre, je ne vais pas garder en tête ce qu'il s'est passé?" a affirmé Patrick Pouyanné.

Valeurs associées

62,83 EUR Euronext Paris +0,85%

34 commentaires

  • 23 mars 16:17

    vu que tout le monde regarde l Ukraine ... tous les pays du monde pas trop respectueux des regles font du menage ... en se debarassant des geneurs ... populations ou opposants ...


Signaler le commentaire

Fermer