Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Pouvoir d'achat : "Nous protégerons contre l'inflation, tant qu'elle durera", promet Bruno Le Maire
information fournie par Boursorama avec Media Services08/06/2022 à 09:09

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire. ( AFP / ERIC PIERMONT )

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire. ( AFP / ERIC PIERMONT )

"Je pense que début 2023, nous verrons commencer à refluer l'inflation", a estimé en outre le ministre de l'Economie Bruno Le Maire sur BFMTV ce mercredi 8 juin.

Face à la hausse des prix, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a souhaité rassurer les Français. Sur l'antenne de BFMTV ce mercredi 8 juin, il a ainsi promis de "protéger nos compatriotes face à l'inflation."

"Je pense que c'est nécessaire économiquement et que c'est juste que les plus fragiles ne soient pas menacés par l'augmentation des prix, que les retraités ne soient pas pris à la gorge parce que leur pension de retraite ne suit pas l'inflation. C'est le premier pilier : on protège contre l'inflation, et nous continuerons de protéger contre l'inflation, tant qu'elle durera", a-t-il assuré, précisant que "les dispositifs" pourront "évoluer en fonction des chiffres de l'inflation."

Cette hausse des prix devrait encore durer. "Aujourd'hui, on est dans le pic de l'inflation, et ce pic va encore durer quelques semaines, voire quelques mois - il y a la guerre en Ukraine, le blocage chinois", a rappelé Bruno Le Maire. "Je pense que début 2023, nous verrons commencer à refluer l'inflation", a ajouté le ministre. Puis de poursuivre : "Nous devons protéger, nous le faisons avec efficacité puisque nous avons le taux d'inflation le plus faible de la zone euro."

Des mesures annoncées par la Première ministre

Mardi, Elisabeth Borne a annoncé qu'une aide serait versée "à la rentrée" aux plus modestes qui font face à cette hausse des prix, et qu'à cette échéance serait aussi mis en place un dispositif d'aide aux "gros rouleurs" confrontés à la hausse des prix des carburants.

"Dans l'urgence, avec l'inflation, ce sera une aide versée directement sur le compte en banque, en une fois, tenant compte naturellement du nombre d'enfants dans la famille", a détaillé sur France Bleu la Première ministre. Cette première aide pourrait s'élever "à 150 euros", a dit Dominique Chargé, président de la coopérative agricole lors d'une conférence de presse conjointe avec la FNSEA sur le chèque alimentaire.

Le gouvernement a indiqué que dans un second temps, "une réflexion" serait lancée sur "un dispositif ciblé pour permettre à tous les Français d'accéder à des produits de qualité, des produits bio", a-t-elle ajouté.

Ce chèque alimentaire, destiné également aux plus modestes, permettant d'acheter des produits alimentaires locaux, durables voire bio est une promesse de campagne d'Emmanuel Macron.

Le gouvernement a donc opté pour "deux dispositifs" : une aide à l'inflation et une "réflexion" sur ce chèque alimentation.

Pour les "gros rouleurs" qui font face à la flambée des prix des carburants, dans le sillage de l'invasion russe de l'Ukraine le 24 février, Elisabeth Borne a confirmé que la ristourne de 18 centimes sur les carburants, qui devait se terminer le 31 juillet, serait prolongée en août.

Et "pour ceux qui font beaucoup de kilomètres par jour soit pour se rendre à leur travail, soit dans le cadre de leur travail", un dispositif "se mettra en place (...) à la rentrée pour (les) accompagner", a ajouté la cheffe du gouvernement.

6 commentaires

  • 08 juin10:11

    Ce qui m'étonne le plus c'est qu'il y croit.Il a pourtant l'air intelligent.