1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Poutine et le pétrole, une dangereuse addiction
Le Point26/03/2020 à 11:05

Une semaine de congé. Voilà ce que décrète Vladimir Poutine pour combattre l'épidémie de coronavirus. Une mesure dérisoire alors que 3 milliards d'humains s'apprêtent à vivre en confinement. Comme si le président russe espérait encore échapper à la récession mondiale.

En effet, le pays ne doit pas seulement gérer une crise sanitaire, il subit un autre choc tout aussi violent : une baisse historique des prix du pétrole. Un plongeon qui pourrait même amener le prix du baril en deçà de 10 dollars, selon certains experts, contre environ 25 dollars aujourd'hui, plancher jamais atteint depuis 2003.

Lire aussi « L'Arabie saoudite peut longtemps supporter la crise du prix du pétrole »

Or, la Russie a une faiblesse : les exportations de ses hydrocarbures financent un tiers de son PIB. Une dépendance que Poutine n'est jamais parvenue à briser en 20 ans de pouvoir, en dépit de ses engagements.

Cette fois pourtant, la fonte durable des recettes pétrolières pourrait gâcher la fin de son mandat. Voire compromettre une nouvelle candidature en 2024. Car le chef du Kremlin ne cesse de promettre un futur radieux à ses concitoyens. Son graal ? Un gigantesque plan keynésien de 400 milliards de dollars. Un programme de dépenses publiques digne des temps soviétiques et capable, à ses yeux, de relancer la consommation et les investissements privés. Tout y passe : les routes, les hôpitaux, les aéroports. Une

... Lire la suite sur LePoint.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer