Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pétrole : « Les Saoudiens veulent punir la Russie »
Le Point11/03/2020 à 08:05

Le cours du brut est un peu remonté aujourd'hui, mardi 10 mars, mais les quelque 11 % grappillés lors de la séance journalière sont loin de compenser la dégringolade de la veille. Entre vendredi et lundi, le baril de brent a perdu 21,4 %, pour s'afficher en fin de séance à 35,61 dollars. Il cotait, il y a deux ans, à 85 dollars?Si le brut a entamé sa décrue depuis plusieurs semaines, à cause notamment de l'apparition du coronavirus en Chine (le cours dépassait les 70 dollars en janvier), il doit la chute vertigineuse de lundi à une réaction en chaîne. Vendredi, à Vienne, l'Arabie saoudite, chef de file de l'Opep, tente une nouvelle fois de réduire la production d'or noir afin de soutenir les prix chamboulés par l'épidémie. Mais la Russie, contrairement aux dernières réunions avec l'Opep, ne veut pas suivre Riyad sur cette voie. L'Arabie saoudite change donc de pied : le royaume annonce une réduction de ses prix et évoque une ouverture de ses vannes afin d'inonder le marché. Dès l'ouverture lundi, les bourses paniquent, signant la plus forte baisse du brut depuis l'invasion du Koweït par l'Irak, en 1991. Francis Perrin, chercheur associé au Policy Center for the New South et directeur de recherche à l'Iris, décrypte les raisons de ce revirement et ses conséquences.Lire aussi Coronavirus : vent de panique sur les Bourses mondialesLe Point : Que cherche l'Arabie saoudite en réduisant ses prix et en relançant sa production, alors que...

Lire la suite sur LePoint.fr

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • janaliz
    10 mars20:58

    Trumpinet aura vite fait de rappeler à l'ordre les sultans du golfe. Sinon on peut imaginer qu'il peut les laisser se débrouiller avec leurs collègues qui ne leur veulent que du bien... Les yéménites, etc...

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer