Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Législatives : "Jean-Luc Mélenchon a rassemblé des carottes et des navets" mais "n'améliore pas le score de la gauche" de 2017, fustige Bruno Le Maire
information fournie par Boursorama avec Media Services14/06/2022 à 11:30

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire. ( POOL / LUDOVIC MARIN )

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire. ( POOL / LUDOVIC MARIN )

Selon le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, "le score de Jean-Luc Mélenchon et Nupes est décevant par rapport à leurs ambitions et par rapport à tous les compromis qu'ont dû faire les Verts et les socialistes pour parvenir à cette union".

Alors que la Nupes se targue d'un score historique aux législatives, arguant avoir battu la majorité présidentielle en nombre de voix, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a raillé l'alliance de la gauche ce mardi 14 juin sur France Info. "Jean-Luc Mélenchon est décevant. Il a rassemblé des carottes et des navets, des gens qui ne sont d'accord sur rien, et malgré cela, il n'améliore pas le score de la gauche par rapport à 2017", a-t-il d'abord estimé.

Selon lui, ce n'est "pas du tout" le grand retour de la gauche. "C'est le grand retour des contradictions, des programmes faits de bric et de broc, où on est d'accord sur rien et on affiche ses désaccords. Ce n'est pas comme ça qu'on fait de la politique !", a fustigé Bruno Le Maire.

"Et effectivement, le score de Jean-Luc Mélenchon et Nupes est décevant par rapport à leurs ambitions et par rapport à tous les compromis qu'ont dû faire les Verts et les socialistes pour parvenir à cette union", a poursuivi le ministre.

L'intérieur accusé de "tripatouillages"

La macronie, réunie sous l'étiquette Ensemble!, a devancé l'alliance LFI-EELV-PS-PCF d'un peu plus de 21.000 voix seulement, sur 23,3 millions de votants au premier tour (25,75% des voix, contre 25,66% pour la Nupes), selon le ministère de l'intérieur. Mais cet écart est contesté par la Nupes qui revendique la première place et accuse Beauvau de "tripatouillages", en arguant notamment que le ministère "reclasse des candidats Nupes en divers gauche". "On ne peut pas avoir des mœurs de république bananière", a fulminé Jean-Luc Mélenchon.

Si le camp présidentiel garde l'avantage dans les projections des 577 sièges de députés, le suspense est total pour savoir si Emmanuel Macron parviendra, deux mois après sa réélection, à conserver une majorité absolue de 289 sièges lui permettant de faire voter ses réformes, à commencer par celle des retraites.

Les différents instituts donnent le camp Macron dans une fourchette de 255 à 295 sièges, quand la gauche rassemblée sous la bannière Nupes est évaluée entre 150 et 210 sièges. Pour tous, la semaine qui s'ouvre doit servir à conjurer une abstention record qui a atteint 52,49% des inscrits, dépassant le précédent en 2017 (51,3%).

Valeurs associées

Tradegate -1.16%
LSE -100.00%
XETRA -1.12%
Swiss EBS Stocks -1.43%
LSE Intl -0.48%
OTCBB 0.00%

20 commentaires

  • 14 juin13:14

    Mais non il se trompe, les navets sont déjà rassemblés dans le gouvernement Ma Cron.