1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le risque d'une propagation mondiale du coronavirus désormais "très élevé", dit l'OMS
Reuters28/02/2020 à 18:52

CORONAVIRUS: LE RISQUE D'UNE PROPAGATION MONDIALE DÉSORMAIS "TRÈS ÉLEVÉ"

GENEVE (Reuters) - Le risque de propagation du coronavirus à l'échelle mondiale est désormais jugé très élevé, a annoncé vendredi le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), lors d'une conférence de presse.

"Nous ne sous-estimons pas le risque, c'est pourquoi nous avons dit aujourd'hui que le risque mondial était très élevé. Nous sommes passé d'élevé à très élevé", a souligné Tedros Adhanom Ghebreyesus, tout en se félicitant de la baisse du nombre de nouveaux cas en Chine, qui est son niveau le plus bas depuis plus d'un mois.

Le patron de l'OMS a ajouté que les pouvoirs publics commettraient une "grave erreur" s'ils décidaient de passer d'une stratégie d'endiguement de la propagation du coronavirus à une stratégie d'adaptation à se présence, où sa circulation serait en quelque sort acceptée.

La communauté scientifique continue de travailler sur les chaînes de transmission du virus, afin d'identifier les différents contacts avec des personnes contaminées.

Ces derniers jours, a précisé le Dr Tedros, 24 cas ont été "exportés" d'Italie vers 14 pays et 97 depuis l'Iran vers onze pays.

"Nous n'avons pour l'instant pas la preuve que le virus circule désormais librement. Tant que cela ne sera pas le cas, nous aurons encore une possibilité de contenir ce virus", a-t-il ajouté.

A ses côtés, le directeur des programmes d'urgence de l'OMS, le Dr Mike Ryan, a souligné que l'OMS était à son plus haut niveau d'alerte. "Pour autant, a-t-il ajouté, il ne s'agit pas de provoquer la panique. Il faut à présent accepter la réalité et comprendre qu'une approche partagé par tous les gouvernements et toute la société est requise."

L'OMS préconise de suivre au niveau individuel les règles de protection classique (se laver fréquemment et soigneusement les mains, maintenir une distance d'au moins un mètre avec les autres personnes qui toussent ou qui éternuent, etc.) et, pour les personnes s'étant rendues dans des zones à risque et commençant à ressentir des symptômes même bénins d'éviter d'entrer en contact avec d'autres personnes.

(Stephanie Nebehay; version française Jean-Philippe Lefief et Henri-Pierre André, édité par Jean-Stéphane Brosse)

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • Nousaf
    28 février19:13

    De plus en plus on remarque que c'est plutôt une guerre biologique ce qui se passe. Et certains puissance mondiale son complice.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer