Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Et si les majors du pétrole profitaient de la crise ?
Le Point03/04/2020 à 08:41

En général, un secteur économique est touché par un choc à la fois, celui de la demande ou celui de l'offre. Le pétrole est bien mal loti : en quelques jours, un double choc l'a frappé. D'abord, le 6 mars, c'est l'offre qui s'envole dangereusement. L'Arabie saoudite ouvre les vannes et brade ses tarifs, ce qui fait plonger les cours. Quasiment en même temps, le deuxième choc survient, celui de la demande. La chute de l'activité économique qui suit la propagation du coronavirus entraîne un peu plus le prix du baril vers le fond. Benjamin Louvet, analyste matières premières chez OFI Asset Management, évalue le surplus de production à 10 millions de barils par jour : 6 millions imputables à la chute de la consommation, 4 millions à la surproduction. Dix millions de barils qu'il va falloir stocker quelque part, alors que les capacités sont déjà proches de la saturation. Selon Benjamin Bouvet, on arrivera au seuil fatidique à la mi-juin. Il faudra entreposer les barils en trop un peu partout, notamment sur les bateaux. On assistera alors, comme en 2015, à la formation de bouchons géants sur les mers, des centaines de pétroliers qui doivent stationner à l'embouchure des ports en attendant de vider leurs réservoirs...

Lire aussi Économie : les chiffres de la crise du Covid-19

La crise du pétrole n'a pas fini de faire des dégâts. Les sociétés de services sont en première ligne. Elles sortent à peine de

... Lire la suite sur LePoint.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • mlaure13
    03 avril10:38

    Le profit?...Tjrs ce mot qui revient...On ne peut et doit pas continuer comme ça...la gestion de la population (fourmilière) du monde est catastrophique...il est évidant qu'environ 3 milliards d'individus sont en surnombre, ne pouvant bénéficier des infrastructures nécessaires et deviennent un danger pour l'épanouissement normal de l'humanité...

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Vous avez accepté la pose de traceurs

Fermer

Vous avez refusé la pose de traceurs

Fermer