Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

Energie : l'État n'a pas lancé le débat de société qui s'impose en France, selon FNE
information fournie par Boursorama avec Media Services 04/07/2022 à 12:40

( AFP / SAMEER AL-DOUMY )

( AFP / SAMEER AL-DOUMY )

"Tous les éléments étaient là pour un débat de société" sur l'avenir énergétique de la France "et il n'a pas eu lieu, l'État a été absent. Pour nous, c'est un raté énorme", a dit Michel Dubromel, président d'honneur et référent énergie de France Nature Environnement (FNE), qui fédère quelque 900 associations.

France Nature Environnement (FNE) dresse un constat accamblant. Selon la première organisation environnementale du pays, l'État n'a pas lancé le débat de société qui s'impose sur l'avenir énergétique de la France. Elle regrette également que la notion de sobriété ait été jusqu'ici négligée.

RTE, le gestionnaire du réseau électrique, et l'Ademe ont publié l'an dernier leurs scénarios pour la transition énergétique et la neutralité carbone à 2050. Ils prévoient tous une montée des énergies renouvelables, avec une part résiduelle d'énergies fossiles et plus ou moins de nucléaire (voire pas du tout selon certaines options).

"Notre grande déception est que ces scénarios ont été mis sur la table mais qu'ensuite ces sujets vitaux n'ont pas été débattus. Tous les éléments étaient là pour un débat de société et il n'a pas eu lieu, l'État a été absent. Pour nous, c'est un raté énorme", a dit Michel Dubromel, président d'honneur et référent énergie de FNE, qui fédère quelque 900 associations. Et "tous (ces scénarios) disent que l'étape préalable est d'avoir une démarche dans le domaine de la sobriété. Ce n'est plus un gros mot, Ademe comme RTE disent que c'est la pierre angulaire sur laquelle construire" ces trajectoires.

"Il faut qu'on fasse des efforts de sobriété"

Michel Dubromel a salué le lancement cette semaine par le gouvernement de "groupes de travail" sur la sobriété énergétique des pouvoirs publics et des entreprises. "Nous leur faisons crédit d'aborder le sujet, ce qui n'avait pas eu lieu jusqu'ici. L'État doit être exemplaire, et nous espérons que ce ne sera pas sans lendemain", a-t-il commenté.

Mais face à la flambée des prix de l'énergie et à l'impératif climatique, il déplore "les annonces gouvernementales à très court terme" visant notamment à plafonner le prix des carburants : "une mesure qui incite à consommer" et s'applique de la même façon aux ménages modestes et aux plus favorisés. "On utilise de l'argent public pour une mesure qui, quand elle s'arrêtera, n'aura rien apporté. Il serait mieux utilisé dans la rénovation des bâtiments et les transport collectifs", a-t-il pointé.

Le responsable de FNE s'est aussi dit "surpris de voir l'appel à la sobriété publié par des sociétés cotées (EDF, Engie, TotalEnergies) qui, il y a quelques semaines encore, poussaient à la consommation. Oui, il faut qu'on fasse des efforts de sobriété. Mais que cela vienne de ces entreprises, c'est pour nous agresser les personnes qui sont déjà en sobriété contrainte", a-t-il souligné.

Valeurs associées

EDF
12.00 EUR Euronext Paris 0.00%
13.63 EUR Euronext Paris -2.64%
62.43 EUR Euronext Paris -2.36%

4 commentaires

  • 04 juillet 14:31

    on ne va pas endetter nos enfants avec ces eoliennes et ces panneaux solaires construits à l etranger qui tournent pour parti à coup de subvention ... qd on voit la production allemande à base d energies renouvlables on voit des gros trous toute l année qu il faut combler avec du charbon ou du gaz ... je me doute que le privé a envie du renouvelable qui assure un profit juteux sur 20 ou 30 ans ..


Signaler le commentaire

Fermer