1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Comment sont calculés la taxe foncière et ses exonérations
Dernière mise à jour le : 03/12/2018

Stock-Asso/Shutterstock / Stock-Asso

Les propriétaires et usufruitiers d'un bien immobilier ou d'un terrain non bâti doivent s'acquitter chaque année de la taxe foncière. Toutefois, il leur est possible de bénéficier d'une exonération ou d'un plafonnement sous certaines conditions.

Les biens imposables

L'ensemble des propriétés bâties sont soumises à la taxe foncière. En ce qui concerne les particuliers, il s'agit essentiellement des locaux d'habitation et des parkings, qu'ils soient ou non occupants des lieux.

Les bâtiments commerciaux, industriels ou professionnels sont également imposés. De même que les propriétés non-bâties, quelle que soit leur nature.

Le calcul en fonction de la valeur cadastrale

L'administration fiscale applique un abattement forfaitaire de 50 % à la valeur cadastrale du bien pour obtenir la valeur locative cadastrale. Ainsi, la taxe foncière est égale à la valeur locative cadastrale à laquelle sont appliqués les taux votés par les communes, départements et régions.

Pour les propriétés non-bâties, l'abattement forfaitaire n'est que de 20 %. Pour les terrains constructibles situés dans les zones locatives tendues, une majoration par m2 peut être votée par les communes.

Les cas d'exonérations de la taxe foncière

Vous pouvez bénéficier sans conditions de l'exonération totale de la taxe foncière si vous êtes titulaire de l'allocation supplémentaire d'invalidité ou de l'allocation de solidarité aux personnes âgées.

Si vous êtes titulaire de l'allocation aux adultes handicapés ou si vous êtes âgé de plus de 75 ans, vous pouvez également être exonéré quand votre revenu fiscal de référence de l'année précédente est inférieur à certains plafonds. En 2018, le plafond est fixé à 10.815 € pour la première part du foyer fiscal. S'y ajoute ensuite 2.888 € par demi-part supplémentaire. Un mécanisme de lissage de la taxe foncière existe en cas de dépassement des plafonds de revenus.

Si vous avez entre 65 et 75 ans, vous bénéficiez d'une réduction forfaitaire de 100 € quand vous respectez les conditions de ressources permettant l'exonération après 75 ans.

Et en cas de départ en maison de retraite?

Les personnes âgées hébergées dans une maison de retraite ou dans un établissement de soins longue durée peuvent conserver le bénéfice d'une exonération de la taxe foncière pour leur résidence principale. Toutefois, ils doivent conserver la jouissance exclusive du bien concerné. Ce dernier ne peut donc être loué.

Le plafonnement de la taxe foncière

La taxe foncière de la résidence principale ne peut pas dépasser la moitié des revenus du foyer fiscal. Toutefois, ce plafonnement ne concerne que les personnes non assujetties à l'Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI) et dont le revenu fiscal de référence ne dépasse pas un certain plafond.

La taxe foncière est plus ou moins élevée en fonction des communes et des biens. Tâchez de vous renseigner avant d'acheter.

Impôts sur le revenu

Retrouvez le simulateur d'impôt sur le revenu Boursorama, l'outil parfait pour la simulation et le calcul de vos impôts.

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer