1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Bourse: sept ratios financiers à connaître
Dernière mise à jour le : 14/05/2019

Petr Kovalenkov/Shutterstock / Petr Kovalenkov

Investir en Bourse nécessite de sélectionner des entreprises. Ainsi, des ratios financiers ont été élaborés en vue de faciliter le choix des investisseurs. Ces outils sont utiles pour déterminer la valorisation, le rendement ou encore la solidité financière d'une entreprise. En voici sept absolument incontournables.

Le Price Earnings Ratio pour une évaluation rapide de l'entreprise

Le Price Earning Ratio (PER), ou multiple de capitalisation des résultats, est égal au rapport entre le cours de l'action et le Bénéfice Net par Action (BNPA) de la société. Par exemple, une entreprise voit son action coter 100 € et réalise un BNPA de 5 €: son PER est de 20 (100 / 5). Il est possible d'évaluer le PER réel en utilisant le BNPA des 12 mois passés et le PER futur en se basant sur le BNPA estimé pour les 12 prochains mois.

Simple à calculer, le PER est un ratio très couramment utilisé. Il permet d'obtenir une idée de la cherté d'une entreprise par rapport au marché ou son secteur. En comparant les PER passées, on peut également estimer l'évolution de la valorisation d'une entreprise année après année. La plupart des actions affichent un PER compris entre 10 et 20. Toutefois, dans certains cas particuliers (croissance forte et/ou régulière), le PER peut être beaucoup plus élevé.

A noter

Le PER ne peut pas être calculé si l'entreprise ne réalise pas des bénéfices.

Le Price Earnings Growth pour prendre en compte la croissance des profits

Le PER a pour défaut de ne pas prendre en compte la dynamique de l'entreprise. Le Price Earning Growth (PEG) comble ce défaut en partie: il se calcule en divisant le PER par le taux de croissance attendu du BNPA. Ainsi, une société affichant un PER de 20 et une croissance estimée de 10 % du BNPA a un PEG de 2. Plus le PEG est faible, moins la valeur se paie cher au regard de ses bénéfices attendus.

Le Price-to-book ratio pour trouver des entreprises décotées

Le Price-to-book ratio est égal au rapport entre le cours de l'action et l'actif net par action (soit les actifs moins les dettes, divisé par le nombre de titres). Si ce ratio est inférieur à 1, la valeur boursière est inférieure à la valeur comptable: les actifs de l'entreprises sont donc décotés. Toutefois, cet indicateur seul ne permet pas de déterminer une sous-valorisation. Il est nécessaire de prendre en compte la rentabilité pour confirmer cette sous-valorisation.

A savoir

Le Price-to-book ratio est plus particulièrement adapté pour évaluer les entreprises ayant des actifs tangibles (dans l'industrie par exemple).

Le rendement pour identifier les entreprises les plus généreuses

Le rendement se calcule en divisant le dividende par le cours de l'action. Il représente la rentabilité pour l'actionnaire sur une année. Un titre de 100 € distribuant un dividende de 5 € affiche un rendement de 5 %.

En règle générale, plus une société est mature, plus son dividende est élevé. Les entreprises les plus jeunes ou les plus dynamiques distribuent rarement des dividendes et n'offrent donc aucun rendement.

Le taux de distribution pour mesurer la capacité de la société à maintenir son dividende

Le taux de distribution est égal à la part du bénéfice distribuée sous forme de dividende. Un taux de 50 % signifie que l'entreprise verse la moitié de ses profits aux actionnaires. Plus une société est mature (elle manque d'opportunités d'investissement et de croissance), plus son taux de distribution a tendance à être élevé. Toutefois, un taux de distribution trop élevé doit inciter à la prudence sur la capacité de l'entreprise à maintenir son dividende dans la durée.

La marge d'exploitation pour déterminer la vraie rentabilité de l'entreprise

La marge d'exploitation, également appelée marge opérationnelle, permet d'évaluer la viabilité de l'activité d'une entreprise. Elle représente la rentabilité générée par la seule exploitation. Ainsi, les résultats financiers et exceptionnels ne sont pas pris en compte. Une marge d'exploitation trop étroite constitue un risque en cas de ralentissement économique.

Le levier financier pour vérifier la solidité de la société

Le levier financier est obtenu en divisant la dette nette par l'excédent brut d'exploitation (EBE). Il représente le nombre d'années nécessaires pour que l'entreprise soit capable de rembourser sa dette financière grâce aux liquidités dégagées par son exploitation. Lorsque le ratio est inférieur à 2, la société est solide. Entre 2 et 4, le levier financier reste supportable. Au-delà de 4, le risque de défaillance devient beaucoup plus significatif.

Les ratios financiers n'ont pas tous la même utilité pour l'investisseur. Il doit les utiliser en fonction de ses objectifs.

Calculez votre épargne sur un CSL

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer