Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Épargne: les sept pièges à éviter quand on a moins de 30 ans
Dernière mise à jour le : 30/06/2021

Il faut s’occuper de son épargne, même quand on a moins de 30 ans crédit photo : Shutterstock

Il faut s’occuper de son épargne, même quand on a moins de 30 ans crédit photo : Shutterstock

Quand on a moins de 30 ans, on a la vie devant soi. Pour autant, cela ne justifie pas de faire n’importe quoi avec son argent ou d’oublier de s’en occuper. Quelques mesures de bon sens peuvent permettre de préparer l’avenir avec sérénité. Voici donc les sept pièges à éviter en termes d’épargne et de patrimoine quand on démarre dans la vie.

Sommaire:

  • Piège n° 1: croire qu’il est trop tôt pour épargner
  • Piège n° 2: vous reposer sur le Livret A
  • Piège n° 3: ignorer les enveloppes défiscalisantes
  • Piège n° 4: oublier de faire un budget
  • Piège n° 5: vouloir absolument devenir propriétaire
  • Piège n° 6: ne pas parler d’argent en famille
  • Piège n° 7: tout miser sur l’héritage familial

Piège n° 1: croire qu’il est trop tôt pour épargner

Il n’est jamais trop tôt pour commencer à épargner. Quand on a moins de 30 ans, la tentation est parfois grande de dépenser l’intégralité de ses revenus et de repousser à plus tard tout effort d’épargne. Pourtant, une épargne même importante en termes de montant représente un bon point de départ pour se constituer un patrimoine.

En outre, une épargne précoce et systématique va bénéficier de la puissance des intérêts composés. Soit «la plus grande force de l’univers», selon Albert Einstein. En effet, un intérêt composé ne se calcule pas seulement sur le capital investi mais sur le capital investi auquel on ajoute les intérêts déjà perçus, ce qui procure un effet «boule de neige».

Piège n° 2: vous reposer sur le Livret A

Le Livret A fait partie de l’univers de l’épargne réglementée. Son principal atout est que les intérêts générés ne sont pas imposables. Toutefois, le Livret A ne rapporte pas grand-chose actuellement. En mai 2021, le taux d’intérêt offert est de seulement 0,50%, soit moins que l’inflation (1% sur 2020).

Si à moins de 30 ans, vous comptez sur le Livret A pour faire fructifier votre épargne, vous risquez d’être déçu. Pire, ce placement ne vous permet pas de tenir le rythme de hausse des prix: votre capital mis de côté va donc s’éroder et vous allez perdre en pouvoir d’achat.

Piège n° 3: ignorer les enveloppes défiscalisantes

Ouvrir un Plan d’Épargne en Actions (PEA) ou un contrat d’assurance-vie peut paraître anachronique voire «ennuyeux», quand on a moins de 30 ans. Et pourtant… Ces produits offrent d’importants atouts après plusieurs années de détention. En les ouvrant le plus tôt possible, vous prenez date et vous vous assurez de profiter de leurs atouts dès que possible.

Ainsi, après cinq ans de détention, tous les gains générés sur un PEA sont exonérés d’Impôt sur le Revenu (IR). Sur un contrat d’assurance-vie détenu depuis plus de huit ans, vous pouvez retirer 4.600 euros (9.200 euros pour un couple) de gains par an sans payer d’impôt sur le revenu.

Piège n° 4: oublier de faire un budget

La jeunesse n’est pas une excuse pour oublier de compter. Il est préférable de prendre de bonnes habitudes le plus tôt possible en établissant son budget. Un outil vous permet de le faire facilement: il s’agit de votre relevé de compte, lequel est le plus souvent communiqué sous forme numérique.

Le relevé de compte est gratuit et constitue la trace légale de toutes les opérations effectuées sur votre compte bancaire au cours d’une période donnée. Pour toutes les opérations (crédit et débit), la nature, le montant et la date de l’opération sont indiqués de façon chronologique. Utilisez ces données pour identifier des sources d’économies et estimer votre capacité d’épargne.

Piège n° 5: vouloir absolument devenir propriétaire

Devenir propriétaire est pour 70% des Français l’objectif d’une vie. Pour autant, celui-ci ne doit pas être obligatoirement atteint avant 30 ans! D’ailleurs, l’âge moyen pour devenir propriétaire en France est d’environ 32 ans (il était même de 38 ans voici encore dix ans).

Avant 30 ans, la location vous offre la flexibilité. Le champ des possibles reste totalement ouvert pour saisir des opportunités professionnelles en France et à l’étranger, ou pour trouver l’âme sœur... Avec un crédit immobilier, vous n’êtes plus libre comme l’air. D’autant plus si vous avez dû pousser votre taux d’endettement au maximum pour être en mesure d’acheter.

Piège n° 6: ne pas parler d’argent en famille

L’argent ne doit pas être un tabou familial. Lorsque vous avez moins de 30 ans, vous pouvez avoir besoin d’aide pour réaliser un projet professionnel ou un achat conséquent. Dans le même temps, vos parents et grands-parents disposent en général d’un patrimoine et affichent des besoins moins importants. Ils peuvent souhaiter vous aider financièrement en réalisant un don d’argent défiscalisé ou une donation. Plus ils agissent tôt, plus ils assurent de transmettre leurs avoirs à un moindre coût fiscal. N’hésitez donc pas à en parler.

Piège n° 7: tout miser sur l’héritage familial

Savoir parler d’argent et de transmission en famille ne signifie pas qu’il faut tout attendre de l’héritage. L’existence d’un patrimoine familial ne doit pas vous dissuader d’épargner et d’entreprendre. En effet, selon l’INSEE, l’âge moyen de la transmission du patrimoine entre générations a augmenté de huit ans depuis 1980. Il se situe désormais bien au-delà de 50 ans, voire proche de 60 ans. Avec l’allongement de la durée de vie, il n’est pas rare d’hériter à la retraite. Dès lors, tout miser sur l’héritage familial revient à vivre toute sa vie d’actif dans l’attente…

Déterminez sa capacité d’épargne

Comme dans une entreprise, vous avez des charges fixes et des charges variables. Les premières ne sont autres que votre loyer, votre budget alimentaire, votre carte de transport commun, vos factures d’électricité, de gaz, d’Internet et de téléphone. Et vos impôts, lesquels varient en fonction de vos revenus, mais restent tout de même inévitables. Faites la somme de ces charges fixes. Les charges variables regroupent pour leur part vos dépenses occasionnelles et de loisirs. Elles sont variables car vous pouvez faire ou non l’effort de les réduire. Pour déterminer votre capacité d’épargne, déduisez de vos revenus la moyenne sur six mois de vos charges fixes et variables.

Annonces immobilières