Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

4 moyens d’investir quand on a peu d’argent à placer
information fournie par Café de la Bourse04/03/2024 à 07:45

(Crédits photo : Pixabay - Steve Buissinne )

(Crédits photo : Pixabay - Steve Buissinne )

Il est fréquent que l'on ait peu d'argent à investir tous les mois. On dispose par exemple de peu de revenus quand on est jeune. Et quand on progresse dans sa carrière, d'autres charges viennent parfois plomber le budget investissement sur les marchés financiers comme par exemple le remboursement d'un crédit immobilier, les frais de garde des jeunes enfants, le financement ensuite de leurs études, etc. Malgré tout, il est essentiel de placer chaque mois sur les marchés financiers ou immobiliers les fonds destinés au financement de vos projets de long-terme car l'investissement sur les marchés financiers et immobiliers sont un moyen très efficace de valoriser un patrimoine sur une ou plusieurs décennies.

Mais alors comment faire ? Heureusement, nombreuses solutions existent qui vous permettront de vous positionner sur les marché boursier, le marché obligataire, le marché immobilier et le marché des matières premières avec quelques centaines d'euros seulement. Découvrez dans cet article 4 moyens d'investir de petits montants

Les actions fractionnées pour le stock-picking en Bourse

Le prix d'une action est très variable et peut coûter très cher, allant de quelques euros à quelques dizaine ou centaines d'euros, et dépassent même le millier d'euros pour les actions les plus onéreuses comme Hermès par exemple.

Depuis quelques années, il est possible pour les petits budgets d'investir dans des actions fractionnées. Il s'agit alors d'acheter une partie de l'action seulement, par exemple 1/10, ce qui permet d'investir alors 184€ dans l'action Hermès au lieu d'acheter une action à 1 840 euros. Toutes les actions deviennent donc accessibles à tous, même les plus chères.

Attention, ce type d'investissement est proposé par certains courtiers en ligne, mais pas par tous. Notez également que ce type de produits est logeable seulement dans un compte titres et ne sont pas éligibles au PEA. De plus, le fait même d'acheter des fractions d'actions nécessite de passer de nombreux ordres pour détenir un seul titre dans sa globalité (10 dans nôtres exemple), ce qui peut avoir des conséquences sur les frais de courtage. Mais certains néocourtiers proposent des frais de bourse très avantageux. Il est aussi possible parfois d'acheter des fractions d'actions via un plan d'investissement sans aucun frais. Rappelons que les actions sont des investissements qui présentent un risque de perte en capital et qui doivent s'envisager sur le long terme.

A lire aussi : Dans quoi investir en 2024 ?

Le fonds euros pour les obligations

Il est rare que des particuliers souscrivent à des obligations en direct étant donné le prix exorbitant de ces titres : plusieurs dizaines de milliers, voire centaines de milliers d'euros pour une obligation. Une offre très diversifiée de produits financiers s'est donc développée pour investir sur le marché obligataire, parmi lesquelles le très populaire fonds euros, un placement à capital garanti, majoritairement composé d'obligations (souveraines, c'est-à-dire liée à la dette des États, et corporatistes, c'est-à-dire liée à la dette des entreprises), que l'on peut souscrire très facilement via un contrat d'assurance-vie ou un PER. Et quelques centaines d'euros suffisent pour se positionner.

Notez que ce placement, s'il voit son rendement grimper depuis 2022, propose encore le plus souvent des taux très inférieurs à l'inflation. Mais il s'agit d'un placement sans risque. Et les meilleurs contrats servent en 2023 un taux supérieur à 3 %, et parfois bien au-delà avec un système de taux boosté si une importante partie des encours est versé sur les supports en unités de compte.

Les ETF pour les matières premières

Avec les tensions géopolitiques majeures à l'œuvre actuellement (guerre en Ukraine, conflit israélo-palestinien, attaques iraniennes en Irak, conflit entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, etc.), les matières premières sont très scrutées par les investisseurs. En ce début d'année 2024, le pétrole, très volatil, peine à s'imposer au-dessus des 80€, tandis que l'or qui a battu des records fin 2023 semble s'installer durablement autour des 2 000$ l'once.

Pour les particuliers, le marché des matières premières est assez difficile d'accès, dominé par les contrats à terme et autres produits dérivés parfois coûteux et souvent difficiles à appréhender. Mais il est également possible d'avoir recours aux ETF, ces fonds indiciels qui trackent la performance d'un actif sous-jacent. Accessibles dès quelques dizaines ou centaines d'euros, ces produits financiers sont logeables sur un compte-titres ou même parfois sur les supports en unités de compte d'une assurance-vie ou d'un PER. Attention le risque de perte en capital est bien réel avec matières premières, souvent considérées comme des actifs de diversification. Il est conseillé de ne pas investir en commodities une part trop importante de votre patrimoine global.

Les SCPI pour le marché immobilier

Impossible d'investir de petits montant dans l'immobilier en direct. Un bien immobilier coûte plusieurs centaines de milliers d'euros le plus souvent, voire bien davantage. Mais la pierre papier permet de se positionner sur le marché immobilier dès 1 000 euros, voire parfois quelques centaines d'euros. Nous nous attacherons ici aux sociétés civiles de placement immobilier (SCPI). Avec ce placement collectif investi en immobilier, le détenteur de parts possède une fraction du patrimoine global de la société, ce qui permet de bénéficier, en plus d'un ticket d'entrée peu élevé, d'une bonne diversification. Idéalement, la SCPI permettra au porteur de parts de toucher des revenus réguliers, correspondant à une partie des loyers encaissés par la société.

Attention tout de même, ces dividendes ne sont pas garantis et peuvent varier à la hausse ou à la baisse. De plus, le prix des parts peut aussi fluctuer à la hausse ou à la baisse selon les circonstances de marché. D'ailleurs, la crise immobilière a amené nombre de SCPI à baisser le prix de leurs parts en 2023. Les SCPI restent malgré nous un moyen judicieux de s'exposer au marché immobilier quand on a peu d'argent. Attention à bien choisir votre SCPI et surtout, n'envisagez ce placement que si votre horizon d'investissement est suffisant, de l'ordre de 10 ans ou plus.

1 commentaire

  • 25 mars15:45

    Le fonds euros pour les OBLIGATIONS: bizarre que dans un pays comme la France il n'y ait peu ou pas la possibilité d'investir en direct dans les obligations. En Italie il y a la possibilité d'acheter des obligations aussi bien sous forme de fonds qu'en direct auprès de sa banque (obligations d'état, d'entreprises ou de la banque). Est-ce que ce n'est pas plus intéressant pour les gérants de fonds et les banques qui perçoivent commissions et frais de gestion ?


Signaler le commentaire

Fermer