Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Bolt: l’anti-Uber?
information fournie par Le Particulier pour BoursoraMag05/10/2021 à 08:30
Temps de lecture: 3 min

Découvrez Bolt, la start-up qui veut concurrencer Uber crédit photo : Getty images

Découvrez Bolt, la start-up qui veut concurrencer Uber crédit photo : Getty images

La start-up estonienne de VTC est aujourd’hui valorisée à 4 milliards d’euros. Véritable alternative à Uber, elle diversifie ses services à l’étranger. Le secret de son succès réside dans des prix défiant la concurrence.

Bolt, la jeune pousse montante

Et une ville de plus à son actif. Après la région parisienne, Montpellier, Nice, Marseille et Toulouse l’entreprise de VTC Bolt vient de s’implanter à Nantes. Véritable alternative à Uber, la société estonienne, anciennement connue sous le nom de Taxify jusqu’en 2019, veut être la «solution de mobilité abordable et durable» de demain. Créé en 2013 par Markus Villig, âgé à l’époque de seulement 19 ans, Bolt a tout du challenger qui ambitionne de devenir un géant dans les années à venir.

Ses services sont aujourd’hui disponibles dans 45 pays et près de 2,5 millions de chauffeurs se sont déjà laissés conquérir par l’application. Les investisseurs sont également au rendez-vous. Pour preuve, les quelque 600 millions d’euros levés en septembre dernier auprès de fonds comme Sequoia, Tekne et ou encore GHisallo. De quoi valoriser la société estonienne à 4 milliards d’euros.

Des tarifs extrêmement bas

Le secret de l’entreprise pour s’attirer la bienveillance des investisseurs? Miser sur la diversification. Le succès du récent tour de table de Bolt va ainsi permettre à l‘entreprise de développer son service de livraison de courses en moins de 15 minutes, Bolt Market (pas encore disponible en France). En Europe de l’Est et en Afrique, Bolt réalise également des livraisons de repas (Bolt Food) et s’illustre dans la location de voitures (Bolt Drive). La croissance du recours aux VTC Bolt en France s’explique par la mise en place en 2020 d’un service Economy. Cette option low cost permet aux usagers de profiter d’une course à un tarif minimum de 5 euros. A cela s’ajoutent 95 centimes par kilomètre et 25 centimes par minute, les prix les plus bas du marché. Cette seule option représente aujourd’hui 30% de l’activité de Bolt en France et 50 à 65% de ses chauffeurs y recourent. De nombreuses plaintes ont toutefois été exprimées par ces derniers qui dénoncent un manque à gagner et une course à la casse sur les prix qui les précarise un peu plus.

Un secteur en pleine mutation

C’est d’ailleurs sur ce point que le bât blesse pour Bolt. Les revendications sociales des chauffeurs VTC et autres livreurs progressent partout dans le monde et même le leader Uber est contraint de s’aligner sur le droit du travail. En Grande-Bretagne par exemple, depuis le mois de mai 2021, Uber et le syndicat britannique GMB qui représente près de 70.000 chauffeurs, ont conclu un accord historique. Contre une contribution de la part des conducteurs de 5% de leurs émoluments, l’entreprise américaine s’engage à instaurer un salaire minimum pour les chauffeurs, ainsi que des congés payés et un plan de retraite. Une première!

Marcel Chauffeur, le Cab, CaoCao… ces alternatives à Uber

Parmi les raisons expliquant la bonne santé économique d’Uber en France, on trouve les montages fiscaux légaux de l’entreprise qui lui permettent, malgré un chiffre d’affaires conséquent, de payer peu d’impôts. De quoi irriter certains consommateurs qui tentent désespérément de trouver une alternative à l’entreprise américaine. Outre Bolt, ils peuvent se tourner vers Marcel Chauffeur. Ce service de VTC 100% se distingue par ses engagements sur le plan environnemental. L‘intégralité des émissions de CO2 générées par l’entreprise est compensée avec la Fondation Goodplanet de Yann Arthus-Bertrand. Le Cab, également français et tout aussi vertueux sur le plan environnemental, s’engage à sélectionner et à former ses chauffeurs et promet au consommateur des prix fixes sur ses courses. Enfin, Caocao, un acteur chinois, permet de voyager en LEVC-TX, un taxi électrique aux allures de taxi londonien, pouvant transporter jusqu’à 6 voyageurs, équipés d’une rampe d’accès et d’un marchepied permettant un accès facile pour les personnes à mobilité réduite.

A lire aussi:

Voiture électrique: un plaisir de riche