Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Valls s'efforce de redonner un cap à des socialistes déboussolés

Reuters31/08/2014 à 17:46

MANUEL VALLS TENTE DE REDONNER UN CAP À DES SOCIALISTES DÉBOUSSOLÉS

par Elizabeth Pineau

LA ROCHELLE Charente-Maritime (Reuters) - Manuel Valls a tenté dimanche de convaincre sa famille politique divisée de suivre le cap du "sérieux budgétaire" choisi par le gouvernement, invitant le Parti socialiste à débattre "face à la droite" plutôt qu'en son sein.

Dans un discours énergique prononcé en clôture de l'université d'été du PS, où planaient les fantômes de la désunion, le Premier ministre a récusé le terme d'austérité et demandé aux entreprises de faire preuve de "patriotisme économique", expression chère à l'ancien ministre de l'Economie Arnaud Montebourg, en appliquant le Pacte de responsabilité.

Devant un auditoire agité où des huées ont parfois retenti, il a justifié la mise à l'écart, cette semaine, des ministres en désaccord avec sa politique au nom de la "responsabilité que les Français (leur) ont confiée".

"Nous ne faisons pas de l'austérité et c'est ça qui fonde la différence entre la gauche et la droite, et entre ce qui se fait en France et ailleurs", a-t-il déclaré, réitérant, à l'adresse de Bruxelles, la nécessité "d'adapter le rythme de réduction des déficits à la situation économique, au niveau de la croissance et à la nouvelle donne que nous visons en Europe".

S'il a invité la Banque centrale européenne (BCE) à aller "plus loin" vers une baisse de l'euro pour favoriser l'emploi, il s'est aussi adressé aux patrons français.

"C'est aux chefs d'entreprise de faire preuve de patriotisme économique sur les salaires, en embauchant, en formant, en investissant", a insisté le chef du gouvernement, dont le discours cette semaine devant le Medef a troublé l'aile gauche de son parti. "Chacun doit faire preuve de responsabilité".

Dans un discours oscillant habilement entre la riposte et l'apaisement, Manuel Valls, qui a fait huer les "bonus indécents" quand les Français "ont tant de mal à boucler leurs fins de mois", a déploré les sifflets entendus contre l'entreprise: "Quel message adressez-vous aux Français?"

Donnant des gages à un auditoire où l'enthousiasme s'est levé peu à peu, Manuel Valls a affirmé qu'il ne toucherait pas à la semaine de 35 heures et confirmé des gestes fiscaux supplémentaires pour 2015.

HOMMAGE À HOLLANDE

Le manque de résultats économiques et l'impopularité de l'exécutif au pouvoir depuis deux ans ont instillé le doute chez les socialistes, où des élus "frondeurs" menacent de ne plus soutenir le gouvernement au Parlement.

"Ce qui nous unit doit être plus fort que nos différences", a répondu Manuel Valls, qui a appelé au rassemblement.

"J'aime le débat pour y avoir participé (...) mais attention au choix des mots, à nos attitudes, à nos comportements, à la manière dont nous nous adressons aux uns et autres", a-t-il dit.

"S'il y a un débat à avoir, ce n'est pas avec la gauche, c'est face à la droite".

Aux plus critiques, il a demandé de ne pas juger a priori le nouveau ministre de l'Economie, l'ancien banquier Emmanuel Macron, et fait applaudir Najat Vallaud-Belkacem, première femme nommée à l'Education nationale.

Manuel Valls a rendu hommage un appuyé à François Hollande qui "mérite le respect de tous, notre affection, notre loyauté, notre soutien parce que c'est grâce à lui (...) que nous pouvons aujourd'hui gouverner".

"C'est notre devoir d'être à ses côtés", a-t-il affirmé.

Le discours du Premier ministre a refermé une édition 2014 "typique du Parti socialiste: une oscillation permanente entre un trouble et un réflexe légitimiste", selon une formule du ministre de la Réforme de l'Etat, Thierry Mandon.

Au début de la séance de clôture, le malaise s'est notamment exprimé dans le discours très offensif de Laura Slimani, présidente des Jeunes socialistes, qui a demandé de "prendre conscience des désillusions qui règnent (et) mènent à l'abstention et au Front national".

Selon un sondage Ifop pour Le Journal du dimanche, 76% des 1.007 personnes interrogées pensent que le PS court le risque d'éclater en plusieurs courants d'ici 2017.

Dans un aparté avec des journalistes après son discours, Manuel Valls a évoqué une "moment important de clarification" au coeur d'un parcours vécu "comme un championnat, qui se joue match après match".

"Un discours comme celui-ci se suffira pas, il faut tenir", a-t-il confié. "C'est l'avenir du pays qui se joue, pas le nôtre".

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.