1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Un rapport dénonce l'usage de gaz contre les migrants à Calais

Reuters26/07/2017 à 07:47

UN RAPPORT DÉNONCE L'USAGE DE GAZ CONTRE LES MIGRANTS À CALAIS

PARIS (Reuters) - Les migrants de Calais sont très régulièrement victimes de violences de la part des autorités françaises, a alerté mercredi Human Rights Watch (HRW) dans un rapport nommé "C'est comme vivre en enfer".

Entre 400 et 500 exilés vivent à Calais en espérant passer en Angleterre, selon l'organisation. Ils étaient environ 8.000 au moment du démantèlement du camp dit de la "jungle", en octobre 2016.

"Presque tous les demandeurs d'asile et migrants interrogés par HRW ont parlé d'un usage fréquent de sprays au poivre par les policiers - en général des CRS - dans des circonstances montrant que l'usage de la force est excessif et disproportionné, en violation des normes internationales", avance l'association.

Selon l'enquête, la police asperge presque quotidiennement les migrants, ainsi que leur nourriture, l'eau ou encore les couvertures et les vêtements.

"Cet usage répété et abusif de sprays au poivre (...) ne semble avoir d'autre objectif que de harceler les migrants, probablement dans le but de les pousser à quitter Calais", ajoute le rapport.

Certains travailleurs humanitaires interrogés par HRW font état de violences à leur encontre.

Selon l'ONG, les policiers auraient aussi pour habitude de confisquer les chaussures et les vêtements des exilés.

Interrogé par l'association, le sous-préfet de Calais Vincent Berton "a réfuté catégoriquement", indique le rapport.

"Ce sont des calomnies. (...) Pour moi, ça n'existe pas", aurait-il répondu.

En plus de ces violences, s'ajoute un reproche déjà fait au mois de juin par le Défenseur des Droits () : la perturbation de l'aide humanitaire par la police qui "prive souvent les demandeurs d'asile et les migrants de produits de première nécessité", regrette l'ONG.

Le rapport note qu'au début de l'année, les autorités avaient émis plusieurs arrêtés pour mettre fin aux distributions de repas, mais que la justice les a suspendus.

"En réponse à cette décision, les autorités locales ont commencé à autoriser les distributions de repas, mais en limitant leur durée à une heure, après quoi, selon les travailleurs humanitaires, les policiers mettaient parfois fin de manière agressive à la distribution."

Les travailleurs humanitaires ont, enfin, rapporté à HRW que les policiers cassaient ou confisquaient leur téléphone s'ils filmaient les violences.

Dans un communiqué, Bénédicte Jeannerod, directrice France de l'ONG, appelle le gouvernement à "envoyer un message clair pour signifier que le harcèlement policier, ou toute autre forme d'abus de pouvoir, ne sera pas toléré".

Pour ce rapport, Human Right Watch a mené des entretiens auprès de 61 demandeurs d'asile et migrants ainsi qu'une vingtaine de travailleurs humanitaire.

(Cyril Camu, édité par Yves Clarisse)

9 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M7097610
    26 juillet10:47

    Poutine a raison, il faut expulser toutes ces associations vendues aux intérêts US.

    Signaler un abus

  • dotcom1
    26 juillet09:42

    Un peu de poivre dans leur nourriture, c'est plutôt sympa. Qu'elle n'hésite pas à proposer d'autres moyens pour les dissuader de dresser des barrages sur l'autoroute qui tuent les automobilistes.

    Signaler un abus

  • M1765517
    26 juillet09:36

    Qui a payé ce rapport ? les co c us de sans dents ?

    Signaler un abus

  • pouvillo
    26 juillet08:47

    Bénédicte Jeannerod, directrice France de l'ONG, n'a pas de souci, elle vit tranquillement dans sa proprieté sans migrants..Par contre avec son association elle gagne beaucoup d'argent...quand les pauvres enrichissent les associations !

    Signaler un abus

  • bearnhar
    26 juillet08:37

    Ces memes spray sont utilisés dans toutes les manifs, et là on n'entend pas le HRW. Depuis toujours les CRS font leur travail de CRS, il leur est confié par la république, dans CRS il y a république et sécurité, moi ça me va, ces gens sont là pour nous défendre et nous faire une république vivable, sinon c'est l'anarchie.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.