1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Total condamné pour une explosion mortelle à Carling en 2009

Reuters13/06/2016 à 09:49

LA JUSTICE CONDAMNE TOTAL POUR L'EXPLOSION MORTELLE À CARLING EN 2009

STRASBOURG (Reuters) - Total Petrochemicals, la filiale produits chimiques du groupe pétrolier français, a été condamné lundi à 200.000 euros d’amende par le tribunal correctionnel de Sarreguemines, pour l’explosion d’un vapocraqueur qui avait fait deux morts et six blessés à Carling en 2009, a-t-on appris auprès du greffe.

Claude Lebeau, qui était directeur de l’usine à l’époque des faits, est condamné à un an de prison avec sursis et 20.000 euros d’amende.

L’accident était survenu le 15 juillet, alors que les ouvriers tentaient de rallumer un surchauffeur, un four à gaz qui augmente la température de la vapeur utilisée pour craquer le naphta, dérivé pétrolier à partir duquel sont produits l'éthylène et le propylène.

A l’issue du procès, le 4 mars dernier, le procureur Olivier Glady avait dénoncé les négligences ayant, selon lui, conduit à l’accident.

Le magistrat avait dénoncé la désactivation d'un détecteur de flammes, un équipement de sécurité au comportement jugé trop aléatoire, mais également des consignes peu précises, le choix d’opérateurs inexpérimentés pour procéder au rallumage et la vétusté de l’installation.

Les avocats de la défense avaient au contraire plaidé la relaxe en attribuant l’accident au non-respect des consignes de sécurité par les deux victimes.

(Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer