1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Syrie : les menaces de mort du groupe EI aux djihadistes étrangers

Le Point26/10/2014 à 14:40

Photo d'illustration.

Des menaces de morts à l'encontre de djihadistes britanniques. Selon le journal anglais The Observer, qui cite une source "avec des contacts parmi les groupes rebelles syriens", l'organisation État islamique a menacé de tuer ses combattants britanniques qui désirent quitter la Syrie et l'Irak pour rentrer chez eux. "Parmi les Britanniques qui veulent s'enfuir, certains ont été menacés de mort, directement ou indirectement", affirme la source de l'Observer, relayée sur internet par The Guardian.L'ancien détenu de Guantánamo, Moazzam Begg, a par ailleurs confirmé que des "dizaines d'Anglais cherchant à rentrer en Grande-Bretagne sont coincés en Syrie et en Irak, retenus par un groupe qu'ils cherchent à quitter". Il affirme que ces Britanniques, "coincés entre le marteau et l'enclume", étaient près de trente en janvier. "Ce chiffre a sans aucun doute augmenté depuis", précise-t-il. Moazzam Begg rappelle que "si vous désobéissez" à un calife de l'État islamique, "vous pouvez être sujet à des mesures disciplinaires, dont des menaces de mort, voire des exécutions sommaires", puisque "vous lui prêtez allégeance".Une question de langueSelon l'ancien prisonnier, ces Britanniques ont dans un premier temps joint les rangs des rebelles combattant le régime syrien de Bachar el-Assad avant d'être enrôlés par les djihadistes de l'État islamique, ces derniers parlant généralement anglais. Ce serait donc plus la langue que...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer