1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Shoah et compteurs électriques : la "regrettable maladresse" d'un maire LR
Le Point03/05/2016 à 06:21

Voilà une comparaison à laquelle personne ne s'attendait. Lors d'une réunion durant laquelle le maire de Perpignan défendait l'adoption dans sa commune de compteurs électriques Linky, Jean-Marc Pujol a eu des propos malheureux sur les chambres à gaz. Comme le souligneL'Indépendant, l'installation de ces compteurs est contestée notamment outre-Rhin en raison de leurs ondes électriques. Un avis que ne partage pas Jean-Marc Pujol, dont les propos ont été relatés par le journal : « L'Allemagne a peut-être refusé l'installation des compteurs Linky, mais à côté de ça, ils envoyaient des gens à la chambre à gaz. Les Allemands sont excessifs en tout ! » a-t-il lancé.

Les excuses du maire

Depuis, le maire LR, conscient de son dérapage, a fait son mea culpa dans un long message posté sur son blog. « Je reconnais, c'est une bourde », explique-t-il. « Oui, je sais, un homme politique doit être irréprochable. Il y a eu une bourde de ma part, ne rien dire serait en commettre une seconde. Cette sortie de langage est inappropriée, ce sont là des propos tenus dont je ne suis pas fier. C'est maladroit, c'est une sottise sans nom, car en plus cela ne veut rien dire, quand on y réfléchit. Je ne vais pas m'abriter derrière la phrase sortie de son contexte, ou tenter de produire de laborieuses explications les yeux dans les yeux? », indique-t-il avant d'ajouter, « j'assume cette maladresse et je veux surtout...

Lire la suite sur Le Point.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M1017309
    03 mai07:28

    ben oui, c'est top super grave ! mais quand comprendront ils que l'on se fout de ce qu'ils disent les politiques et que son discours, personne ne l'écoutait

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer