Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Sarkozy assure ne pas avoir pris sa décision sur l'UMP

Reuters06/08/2014 à 13:55

SARKOZY ASSURE NE PAS AVOIR PRIS SA DÉCISION SUR L'UMP

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy assure dans un entretien à l'hebdomadaire Valeurs actuelles ne pas avoir décidé s'il briguera la présidence de l'UMP, sans laisser planer beaucoup de doutes sur son retour en politique, une idée "inscrite dans les têtes".

L'ancien président ne va guère plus loin dans cet entretien à paraître jeudi que dans son interview le 2 juillet dernier sur Europe 1 et TF1, lorsqu'il annonçait sa décision pour "fin août, début septembre" et ajoutait avoir des "devoirs" vis-à-vis d'un pays en grande difficulté selon lui.

"Je n'ai pas pris ma décision, s'agissant de la présidence de l'UMP. Parce que je veux avoir tous les éléments en main", dit-il à Valeurs actuelles, un hebdomadaire marqué à droite. "Comprenez bien qu'il ne s'agit pas de la décision de mon plaisir. Je n'ai aucune revanche à prendre sur quiconque."

On y apprend toutefois qu'il se prononcera début septembre.

"Que l'on parle de mon retour dans la vie politique, c'est déjà miraculeux en soi. Cela veut dire que cette idée du retour est inscrite dans les têtes et dans les esprits. À partir de ce moment-là, une très grande partie du chemin est faite", ajoute l'ancien locataire de l'Elysée.

Il évoque d'ailleurs la campagne présidentielle de 2017, comme si la conquête de l'UMP - l'élection aura lieu les 29 novembre et 6 décembre - n'était qu'une étape vers l'Elysée.

"La première campagne présidentielle, on la fait toujours par envie et par désir. Pour un retour, le moteur, c'est le devoir. C'est la capacité à redonner de la confiance à un pays qui n'a plus de réponses pour aucun des grands défis du moment."

L'entretien réalisé au cap Nègre, sur la Côte d'Azur, est truffé de propos attribués à des proches mais son auteur, Yves de Kerdrel, précise dans un email que "toutes les phrases mises dans la bouche d'autres sur son programme, sur l'antisémitisme ou sur l'avenir de l'UMP sont également de lui".

RÉACTIONS MITIGEES

C'est donc l'ancien président, et non "un proche", qui est inquiet des tensions nées du conflit dans la bande de Gaza, qui a provoqué des manifestations d'antisémitisme en France.

Selon lui, "il ne faut jamais oublier que nous sommes tous le juif de quelqu'un. Cela veut dire que l'étape d'après, c'est la détestation des Français."

Nicolas Sarkozy pense également que "le débat politique ne peut plus se résumer au clivage gauche-droite".

"C'est vrai sur le plan des institutions, avec une question principale à trancher : de combien de responsables politiques a-t-on vraiment besoin ? C'est vrai sur le plan économique, où la définition des mesures à prendre ne dépend pas de savoir si l'on est libéral ou social-démocrate, mais seulement de ce que font nos concurrents ou partenaires. C'est vrai aussi sur l'Europe, où la question n'est plus entre souverainistes et fédéralistes, mais de savoir qui dirige la zone euro."

Enfin, il estime que "toute différence est une richesse", contrairement selon lui aux socialistes.

"Jusqu'à présent, la droite attaquait l'égalité par la liberté. C'était une erreur d'analyse. Car c'est toujours perçu comme la liberté du fort sur le faible. Il faut au contraire attaquer l'égalitarisme par les différences."

Pas un mot, en revanche, de ses ennuis judiciaires, et notamment de sa mise en examen, le 2 juillet dernier, pour trafic d'influence, corruption active et violation du secret professionnel dans l'affaire Bygmalion, un système présumé de fausses factures pour financer le dérapage des dépenses de la campagne présidentielle de 2012.

Les premières réactions ont été mitigées.

Le député Eric Ciotti, partisan de l'ancien Premier ministre François Fillon dans la course à la présidentielle de 2017, n'a vu "rien de nouveau" dans cet entretien.

"Sa parole naturellement compte, (...) après je ne suis pas certain que ce soit par la case UMP que ce retour, s'il devait advenir, soit le plus opportun", a-t-il dit sur i>TELE. "Forcément ce sera un acte de candidature pour la primaire."

Hervé Mariton, candidat déclaré à la présidence de l'UMP, a abondé dans le même sens sur BFM TV.

"Quelque part, pour Nicolas Sarkozy, ce serait aussi une reconnaissance de faiblesse. Quelle curieuse nécessité de passer par la case UMP", a-t-il déclaré. "Non, Nicolas Sarkozy, d'une certaine manière, mérite mieux que cela."

(Yves Clarisse, avec Marion Douet, édité par Marine Pennetier)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.