Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Retraites : "La réforme aura lieu", insiste Gabriel Attal
information fournie par Boursorama avec Media Services01/07/2021 à 16:23

"La question, c'est 'quand?'"?, estime le porte-parole du gouvernement.

Gabriel Attal, le 23 juin, à Paris ( AFP / Ludovic MARIN )

Gabriel Attal, le 23 juin, à Paris ( AFP / Ludovic MARIN )

A moins d'un an de l'élection présidentielle, l'exécutif va t-il se relancer dans le chantier périlleux de la réforme des retraites? "Les réformes vont se poursuivre et s'amplifier d'ici la fin du quinquennats Il n'est pas question de lever le crayon. Si la France se met sur pause pendant 10 mois parce qu'il y a une élection présidentielle, on va perdre cette bataille", a commenté Gabriel Attal, jeudi 1er juillet.

"Perte de confiance"

"Si on constate une reprise de l'économie réelle, je suis plutôt favorable à la lancer dès lors que ce sera possible. Le réforme aura lieu, la question c'est "Quand?". Il y a une décision à prendre", a t-il encore abondé, dans la lignée de sa prise de parole à l'issue du Conseil des ministres, mercredi 30 juin.

Le porte-parole du gouvernement a défendu une nécessaire transformation d'un système non-viable. "Le système de retraite par répartition n'est pas financé sur le moyen et long terme. Je fais partie d'une génération qui entend qu'il n'y aura pas de retraites parce que le système va s'effondrer. Il y a une perte de confiance dans ce système, et la nécessité de transformer ce système et faire en sorte que toutes les générations puissent en bénéficier", a t-il déclaré, à l'antenne de LCI .

"Il y aura des choix à faire" pour traiter le dossier des retraites, avait déjà prévenu Gabriel Attal, mercredi 30 juin, à quelques jours d'un sommet social réunissant Emmanuel Macron et les partenaires sociaux.

Ce sommet social, prévu "la semaine prochaine", portera "sur les sujets sociaux, d'une manière large sur le tournant économique que connaît notre pays aujourd'hui, et donc toutes les questions seront abordées avec (Emmanuel Macron, NDLR) à ce moment-là", a-t-il expliqué à l'issue du Conseil des ministres.

19 commentaires

  • 02 juillet11:32

    Il faudrait rappeler au freluquet qu'il ne suffit pas de parler de réforme, il faut y mettre un véritable contenu qui soit positif pour le pays et on s'en éloigne de plus en plus.