1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Régionales : pour François Fillon, la France est un pays en crise

Le Point14/12/2015 à 08:39

François Fillon prône un progamme de rupture. Image d'illustration.

« Le pays est en crise. La crise ne fait que s'aggraver. Et le résultat de cette crise, c'est le Front national. » Invité de RTL, l'ancien Premier ministre François Fillon a réagi aux résultats des régionales. Il souhaite proposer une « véritable alternative » grâce à « une rupture ». « L'opposition doit travailler à ce projet crédible », a-t-il signalé. « Aujourd'hui, il n'y a pas d'alternance crédible incarnée par l'opposition », a-t-il regretté, refusant de personnaliser la critique contre Nicolas Sarkozy.

Hostile à l'idée d'avancer les primaires

Pour le député de Paris, le projet des Républicains doit proposer un « changement radical », un « programme de rupture ». Il ne faut pas « de programme de demi-mesure ou qui se contente de coups de menton pour contrer le FN sans rien proposer ». « Ma ligne est claire : il faut une liberté économique et réaffirmer l'autorité de l'État. La clé du redressement national, c'est l'économie », a-t-il précisé. Selon lui, Marine Le Pen ne sera pas élue en 2017, mais il prévient : « Si, après 2017, il n'y a pas de résultat, le pays peut être tenté par une aventure extrême. »

Enfin, alors que certains à droite envisagent d'avancer avant l'été la primaire pour 2017, François Fillon s'y oppose. Ce serait une « manoeuvre visant à affaiblir la portée démocratique ». « L'agenda électoral n'est pas la solution », explique-t-il,...

Lire la suite sur Le Point.fr

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • frk987
    14 décembre09:27

    Ah cette censure : je disais donc que Fillon remonte dans mon esprit, le seul à comprendre que la pseudo victoire de hier est une défaite.

    Signaler un abus

  • frk987
    14 décembre09:00

    Suite : ça rime à quoi en étant UMP de se faire élire par le PS......même les électeurs UMP vous allez les dégoûter !!!!! Pardon les Républicains....encore une idée de GENIE !!!!!!! Faudra qu'on m'explique ce que signifie Républicain à droite ou à gauche, ou au centre ou au FN.....donc UMP ce sera dans mon discours.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer