Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Premier test pour les propositions de Macron sur l'Europe à Tallinn

Reuters28/09/2017 à 15:11

PREMIER TEST POUR LES PROPOSITIONS DE MACRON À TALLINN

par Marine Pennetier et David Mardiste

PARIS/TALLINN (Reuters) - Emmanuel Macron prendra le pouls de ses partenaires européens lors d'un dîner informel ce jeudi à Tallinn, deux jours après son discours offensif de refondation de l'Europe au cours duquel le chef de l'Etat a appelé ses alliés à faire preuve d'"audace".

Ce dîner, prévu de longue date et organisé la veille du sommet numérique de vendredi dans la capitale estonienne, "permettra au président de présenter cette initiative pour avoir un retour des Etats membres qui sont intéressés et prendre la température", souligne-t-on dans son entourage, où l'on précise que des échanges ont eu lieu en amont.

Devant les chefs d'Etat et de gouvernement réunis autour de la table, Emmanuel Macron devrait défendre son chantier de refondation, à horizon 2024 pour certaines propositions, avec un mot d'ordre : la France n'impose rien, elle propose.

Pas question en effet, souligne-t-on à Paris, de prêter le flanc aux critiques sur une France donneuse de leçons dans une Europe fragilisée ces dernières années par la défiance des citoyens à l'égard de la "bureaucratie" de Bruxelles et leur crainte d'une perte de souveraineté nationale.

"Il ne s'agit pas de dire, c'est à prendre ou à laisser", explique une source diplomatique française. "Il s'agit d'être efficaces, pas arrogants".

"L'idée n'est pas de rédiger une feuille de route nous-mêmes à Paris avec 150 pages et 300 articles, voilà ce que nous avons pensé intelligent pour tous les Européens et signez en bas'", abonde l'Elysée. "Au contraire, c'est ouvrir une discussion."

PROPOSITIONS À L'ÉTÉ 2018

Emmanuel Macron, qui a vu plus d'une vingtaine de chefs d'Etat et de gouvernement européens depuis son élection en mai, devrait donc poursuivre sur cette lancée. Un "groupe de la refondation européenne" devrait être mis en place, avec une mission, celle de définir d'ici l'été 2018, des propositions.

L'INCONNUE ALLEMANDE

Au-delà des dirigeants européens, le chef de l'Etat insiste sur l'importance de remporter l'adhésion des peuples, douze ans après le "non" français au projet de traité constitutionnel européen. Pour éviter une répétition de scénario, il souhaite mettre en place des conventions démocratiques pour débattre de l'avenir de l'Europe dans les pays qui le souhaitent en 2018.

En s'exprimant à la Sorbonne deux jours avant la rencontre avec ses pairs, le président français, qui a placé la relance de l'Europe au coeur de son action politique, "vole la vedette" aux autres dirigeants, selon un haut responsable européen.

Premier à réagir aux propositions françaises, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a salué mardi soir "un discours très européen de [s]on ami Emmanuel Macron. L'Europe a besoin de courage. Merci pour votre soutien au travail des institutions UE".

Même tonalité en Estonie, qui assure la présidence tournante du Conseil européen. "D'accord avec Emmanuel Macron, nous avons besoin que l'Europe reste unie et démocratique. Hâte de la rencontre de demain à Tallinn", a écrit mercredi sur Twitter la présidente du pays balte, Kersti Kaljulaid.

En Allemagne, où les négociations pour former la nouvelle coalition gouvernementale battent leur plein, la classe politique est sans surprise apparue divisée face au discours d'Emmanuel Macron, qui avait pris soin de ménager Angela Merkel en n'insistant pas trop sur la question de la zone euro.

Les Verts, qui pourraient participer au prochain gouvernement, ont estimé que l'Allemagne devait "saisir la main tendue", le chef de la diplomatie Siegmar Gabriel (SPD) a assuré à Emmanuel Macron qu'il pouvait "compter" sur eux.

Tout en saluant un discours "courageux", le FDP a rappelé son opposition à un budget de la zone euro qui "induirait exactement les mauvais stimuli".

Reste à savoir quel accueil des pays comme la Pologne - dont les relations avec Bruxelles et Paris se sont tendues sous l'effet de décisions judiciaires controversées prises à Varsovie - réserveront aux propositions françaises.

(Edité par Sophie Louet)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.