Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pour Macron, "la recomposition c'est maintenant"

Reuters28/04/2017 à 23:29

POUR MACRON, "LA RECOMPOSITION C'EST MAINTENANT"

PARIS (Reuters) - "La recomposition c'est maintenant", déclare Emmanuel Macron dans une interview publiée samedi par Le Figaro à propos d'une reconfiguration du paysage politique après l'élection présidentielle, dans une formule faisant écho au "changement c'est maintenant" de François Hollande en 2012.

Pour l'ex-ministre de l'Economie, ce scrutin dont il est le favori conduira après le second tour à une "tripartition" des forces politiques françaises.

Le Front national "démagogue, réactionnaire et xénophobe", sera selon lui le pilier d'un "nouveau pôle anti-européen auquel une partie de la droite classique va immanquablement s'arrimer".

"En face, nous constituons l'autre grande puissance, celle des progressistes, qui va de la social-démocratie jusqu'au gaullisme social", poursuit le candidat d'En Marche !.

La troisième force sera un "pôle protestataire", une gauche "très conservatrice, voire de 'refus'", dit-il, constituée par les partisans du candidat de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon.

Emmanuel Macron estime que s'il gagne le 7 mai face à Marine Le Pen, ce ne sera pas avec 80% des voix, comme Jacques Chirac en 2002 face au père de la dirigeante d'extrême droite, Jean-Marie Le Pen, "parce qu'il n'y aura pas de front républicain".

Il dit vouloir montrer qu'il a entendu la colère des Français, qui ont placé Marine Le Pen au second tour avec plus de 21% de suffrages au premier.

"Ce qui veut dire que, ensuite, sur la nature du gouvernement, du Parlement et les actions que je mène, je ne ferai pas comme si rien ne s'était passé", poursuit-il. "J'ai entendu pendant toute la campagne, et plus encore depuis dimanche dernier, la colère sur l'Europe et l'incompréhension sur la mondialisation ; je vais la prendre en compte."

2018, ANNÉE FASTE POUR LES ENTREPRISES

Emmanuel Macron, qui s'est fixé pour objectif un effort de 60 milliards d'euros sur les dépenses publiques pendant le quinquennat, dit envisager de baisser l'impôt sur le revenu si les hypothèses de croissance et d'économies sont dépassées.

"Si on a du mieux (...) le surplus sera consacré pour moitié à la baisse du déficit et pour l'autre moitié à la baisse de la fiscalité des ménages", dit-il. "A ce moment-là, je privilégierai l'impôt sur le revenu."

Il se dit au demeurant "très prudent" sur l'application du prélèvement à la source, réforme lancée par le gouvernement sortant. "Avant toute chose, dit-il, je veux m'assurer que cela ne représente pas une charge indue pour les employeurs (...) Il faut y aller pas à pas pour ça soit compris par les Français."

Il précise enfin que pour les entreprises, l'année 2018 comptera double en matière de réduction de leurs charges, en raison de la transformation, dès le début du quinquennat, du crédit d'impôt pour l'emploi et la compétitivité (Cice) en baisse de charges pérennes.

En 2018, "elles vont toucher le Cice au titre des exercices précédents et vont en même temps bénéficier de la baisse des charges", explique-t-il. "C'est un élément de relance de court terme mais qui vient au bon moment pour pouvoir accompagner le début des réformes structurelles."

(Emmanuel Jarry)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.