Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pollution de l'air: Le Conseil d'Etat somme la France d'agir, astreinte de 10 millions d'euros par semestre
Reuters10/07/2020 à 15:42

POLLUTION DE L'AIR: LE CONSEIL D'ETAT SOMME LA FRANCE D'AGIR, ASTREINTE DE 10 MILLIONS D'EUROS PAR SEMESTRE

PARIS (Reuters) - Le Conseil d'État a ordonné vendredi au gouvernement français de prendre des mesures pour réduire la pollution de l'air sous peine d'une astreinte de 10 millions d'euros par semestre de retard.

Dans un communiqué, la plus haute autorité de la justice administrative constate que le gouvernement "n'a toujours pas pris les mesures demandées pour réduire la pollution de l'air dans huit zones en France" après une première décision rendue en juillet 2017.

"Pour l'y contraindre, le Conseil d'État prononce une astreinte de 10 millions d'euros par semestre de retard, soit le montant le plus élevé qui ait jamais été imposé pour contraindre l'Etat à exécuter une décision prise par le juge administratif", ajoute le Conseil d'Etat.

Dans sa décision de juillet 2017, le Conseil d'Etat avait enjoint à l'exécutif d'élaborer et de mettre en oeuvre des plans permettant de ramener "dans le délai le plus court possible" les concentrations de dioxyde d'azote (NO2) et de particules fines (PM10) en dessous des valeurs limites fixées par une directive européenne.

Plusieurs associations de défense de l'environnement l'avaient saisi pour qu'il constate que l'exécutif ne s'était pas mis en conformité avec cette décision.

"Dans huit zones en France, les mesures prises par l'État sont insuffisantes", précise le juge administratif.

Il s'agit de Grenoble, Lyon, Marseille-Aix, Reims, Strasbourg et Toulouse pour le dioxyde d'azote, Fort-de-France pour les particules fines, et Paris pour le dioxyde d'azote et les particules fines.

Si l'État ne prend pas les mesures nécessaires dans le délai imparti, l'astreinte pourra être versée non seulement aux associations requérantes mais aussi à des personnes publiques disposant d'une autonomie suffisante à l'égard de l'État.

(Henri-Pierre André)

22 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M1765517
    11 juillet07:26

    c'est vrai, on respire mal alors M. Jean CASTEX, vous qui recevez les dits "partenaires sociaux, informer de l'interdiction de faire du feu (palettes, pneus, feu de bengal) et verbalisez durement !

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer