Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Plus de 300.000 euros de dons pour reprendre Nice-Matin

Reuters29/08/2014 à 13:23

General view of the headquarters of local daily newspaper 'Nice Matin' in Nice

par Matthias Galante

NICE (Reuters) - Les salariés du groupe Nice-Matin ont annoncé vendredi avoir récolté plus de 300.000 euros de dons de lecteurs afin de racheter leur entreprise placée en redressement judiciaire.

"C'est un cap symbolique, mais nous ne voulons pas nous arrêter là", dit Damien Allemand, journaliste à la rédaction web du quotidien. "Il faut le plus de contributeurs et d'argent possible pour être crédible devant le tribunal de commerce."

Les 1.137 employés de la société éditant les quotidiens régionaux Nice-Matin, Var-Matin et Corse-Matin ont lancé en août une campagne d'appel aux dons sur une plate-forme internet spécialisée dans le "crowdfunding" (financement participatif).

Plus de 2.000 versements allant de cinq à 50.000 euros, venus de France mais aussi des Etats-Unis, du Canada, de Belgique ou de Suisse, ont été reçus par les salariés.

Largement relayée sur les réseaux sociaux, leur démarche a suscité le soutien de personnalités de tous bords, comme les anciennes ministres Cécile Duflot (EELV), Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP) et Marie-Georges Buffet (PCF).

Les journalistes Philippe Bouvard et Christian Jean-Pierre, les artistes Laurent Voulzy et Alain Souchon ainsi que des élus locaux, comme le député-maire de Nice Christian Estrosi (UMP) ont également appelé leurs administrés à se mobiliser.

Des artistes ont offert aux employés des oeuvres originales qui seront mises aux enchères avec d'autres objets lors d'une vente de soutien à leur cause le 6 septembre à Nice.

CINQ AUTRES OFFRES

La volonté des employés de reprendre leur outil de travail par le bais d'une société coopérative et participative (Scop) a été décidée après le placement du groupe en redressement judiciaire, le 26 mai dernier.

"L'idée de faire appel aux dons des lecteurs est venue après l'envoi d'un chèque de l'une d'entre elle, Simonne Peyre, âgée de 91 ans. Sans grandes ressources, elle nous a donné 4.000 euros. On s'est dit qu'il y avait peut-être plein d'autres Simonne qui avaient envie de nous suivre", dit Damien Allemand.

Pour être économiquement viable, l'offre de reprise par les salariés nécessite l'appui d'investisseurs privés. Des discussions sont en cours avec plusieurs d'entre eux, mais leur identité n'a pas été révélée.

"On a discuté entre autres avec La Provence (détenue par l'homme d'affaires Bernard Tapie-NDLR) et son consultant Patrick Le Lay", explique une source syndicale.

Le projet des personnels prévoit de limiter les départs volontaires à 120 contre les 400 licenciements généralement annoncés par les autres repreneurs, selon les syndicats.

En plus des salariés, cinq candidats sont sur les rangs pour acquérir le groupe détenu par le Groupe Hersant Média (GHM).

Il s'agit du principal actionnaire de Libération, Bruno Ledoux, de la société éditrice de Paris Normandie, du Havre Libre et du Havre Presse, de l'ex-propriétaire de La Tribune et de France-Soir Georges Ghosn, du groupe Azur Santé Retraite et du groupe de presse belge Rossel associé à des investisseurs.

Les offres détaillées des repreneurs potentiels devront parvenir au tribunal de commerce de Nice avant le 8 septembre pour une décision finale attendue début octobre.

(Edité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.