Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Partir ou rester à Calais? Les migrants partagés

Reuters23/11/2015 à 12:40

PARTIR OU RESTER, LES MIGRANTS DE CALAIS PARTAGÉS

par Pierre Savary

CALAIS (Reuters) - Les migrants de Calais sont partagés entre l’envie tenace de rejoindre la Grande-Bretagne et la tentation d’accepter les procédures d’éloignement proposées par la France avec un accompagnement social et un départ de l'épouvantable "jungle".

"Je suis venu ici pour aller ensuite à Londres, on m’a dit au départ que c’était le meilleur endroit, je sais que des Syriens y travaillent, ont refait leur vie", dit Nadim, 30 ans, qui se dit Syrien et venir d’Alep, ville martyre.

"Mais je ne savais pas que c’était si difficile de passer. Là, franchement, ce n’est pas possible de rester ici dans ces conditions", ajoute ce candidat à l'asile arrivé dans le bidonville de "la lande" à la sortie de la ville.

Réfugié sous une bâche que l’on devine incapable de résister à de fortes pluies, Nadim se dit attristé par les attentats de Paris, "des meurtres d’innocents qui vivaient en paix causés par des faux musulmans qui se servent de l’islam".

"En plus, les gens nous regardent encore plus mal, comme si nous étions responsables, mais les gens qui sont ici n’ont rien à voir avec cela. Nous fuyons justement cela. Il y a tous les jours des morts aussi nombreux en Syrie, vous comprenez ce que l’on vit ?" insiste-t-il.

Plusieurs centaines de migrants ont d'ailleurs participé vendredi dans le bidonville à une minute de silence en hommage aux victimes du 13 novembre.

Il est difficile de savoir avec précision combien de migrants sont réunis dans "la lande".

La préfecture du Pas-de-Calais évoque une baisse de 6.000 à 4.500 de leur nombre en raison de la politique d’éloignement de migrants volontaires pour aller dans d’autres centres en "dur", et bénéficier d’un accompagnement social.

FRONTIÈRE DE PLUS EN PLUS ÉTANCHE

Plus d’un millier de migrants qui étaient présents à Calais ont accepté cette mesure. Depuis plusieurs semaines, les travailleurs sociaux sillonnent le camp en proposant l’éloignement et de meilleures conditions de vie ailleurs.

Chaque opération a concerné plusieurs centaines de migrants à chaque fois et s'est déroulée dans le calme.

"Mais c’est très difficile de savoir combien ils sont. Et ils continuent à arriver régulièrement, il y en a de nouveaux tous les jours", explique Christian Salomé, membre de l’association "l’auberge des migrants".

Natacha Bouchart, la sénatrice-maire de Calais, se félicite des opérations menées ces dernières semaines.

"C'est une grande partie de la solution", dit-elle. "Je souhaite que ce dispositif puisse perdurer et que les partenaires associatifs accompagnent cette politique. Les humanitaires qui suggèrent de rester à Calais pour tenter de passer au Royaume-Uni n’ont rien à faire ici."

La maire de Calais pense que les incidents de ces dernières semaines entre migrants et forces de l’ordre, les premiers bloquant la circulation pour tenter de monter à bord de camions en transit vers la Grande-Bretagne, s’expliquent par l’étanchéité de plus en plus forte de la frontière.

"Quand ils ne peuvent plus passer, ils sont plus agressifs et s’en prennent aux forces de l’ordre", dit-elle en référence aux grilles qui sécurisent les accès au tunnel sous la Manche et au port de Calais ainsi qu'aux renforts de police.

Christian Salomé reconnaît que l'éloignement peut constituer une partie de la solution, mais met en garde contre un optimisme démesuré sur la portée de cette politique.

"C’est vrai, d’autres migrants disent qu’il peuvent être intéressés par l’éloignement", explique-t-il. "Oui, il va y avoir encore des volontaires, et cela peut faire retomber la pression, mais pour ceux qui ont déjà de la famille en Angleterre, leur dire de renoncer est inutile, ils vont continuer à essayer de passer."

La maire de Calais demande des dispositions législatives avec un dispositif de prise d'empreintes obligatoire pour ceux qui ne relèvent pas du droit d’asile.

Nadim ne se sent pas concerné et la balance penche malgré tout pour lui en faveur d'une traversée de la Manche.

"Bientôt, je ne serai plus là, je serai à Londres", lâche-t-il dans un sourire forcé, comme pour se convaincre d’un avenir meilleur.

(Edité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.